The Endless River: Votre opinion

Démarré par SoyCD, 06 Novembre 2014 à 17:08

Quel(s) est(sont) votre(vos) côté(s) préféré(s) dans The Endless River?

Side 1 (Ambient)
30 (20.1%)
Side 2 (Saucerful of Secrets 2 (bon ok pas tout le côté))
36 (24.2%)
Side 3 (Invasion de chansons de 1:40, sauf Keep Talking 2)
21 (14.1%)
Side 4 (The Division Bell 2)
24 (16.1%)
Aucun, je déteste l'album en entier (:O)
18 (12.1%)
Tous, ils sont tous aussi bons les uns que les autres
69 (46.3%)

Total des votants: 149

bienzarbos


"J'ai un peu attendu les voix, celle de Rick notamment, qui à mon avis se prêterait très bien à la plupart des titres."


tout a fait d'accord

J'ai aussi, parfois - désolé, je suis très Roger - attendu les cassures subites de Waters, des excès, des violences, qui faisaient -pour moi en tout cas - partie du Floyd.

tout a fait d'accord

Meddle, une claque gigantesque

tout a fait d'accord

Final Cut (compris, car je le considère certes comme un made in Waters avant tout mais c'était pour moi le dernier album de ce groupe, et excellent),

tout a fait d'accord


Pas un mauvais album. Mais rien du génie de 68 à 84, selon mon (très) humble avis.
Je continuerai de considérer Final Cut comme le dernier album du groupe qui m'a accompagné depuis 1971.


tout a fait d'accord

Mais, je le répète, ce ne me semble pas un mauvais disque

d'accord..

SoyCD

Citation de: bienzarbos le 10 Novembre 2014 à 17:54
Soyez honnête avec vous meme, qui n'a pas était decu, ou na pas même juste ressenti un leger sentiment de deception lors de la premiere ecoute ?
Moi.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.

Walmour II

Moi j'ai bien aimé, c'est incroyable de lire de telles phrases, faut concevoir qu'on a des gouts différents. Un album de cette qualité à ce moment de leur vie, de leur carriere,c'était quasi inespéré. Je le trouve par exemple bien supérieur à the wall et je le préfère déjà à Animals.

Mnzaou

Citation de: DJ Eric le 10 Novembre 2014 à 16:26
l'intro de The Endless River c'est peut-être du beau Wright mais c'est sous mixé et donc inaudible, on n'entend rien, j'appelle ça du foutage de gueule, pas un hommage
Les claviers de Rick Wright dans un album de Pink Floyd, c'est comme la 3D dans un film : Si c'est trop, ça devient vulgaire.  ;)
Bonzi Bonzi. Niam diboutou sa ka moudou matsi (Nzille)

SoyCD

Moi je le trouve supérieur à TFC, AMLOR et TDB... Je suis très heureux qu'on finisse avec The Endless River plutôt que Division Bell...

Seul bémol: Même si The Endless River est un meilleur album pour terminer, je préfère comme derniers mots de Pink Floyd
The water flowing
The endless river
Forever and ever

que
Louder than words
This thing they call soul
It's there with a pulse
Louder than words
Louder than words
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.

martin

You know that I care what happens to you,
And I know that you care for me.
So I don't feel alone,
Or the weight of the stone,
Now that I've found somewhere safe
To bury my bone.
And any fool knows a dog needs a home,
A shelter from pigs on the wing.

Voilà qui me semble, pour ma part, des "derniers mots" fort louables...
Ceux d'un groupe incroyable, non seulement par sa discographie et sa créativité.
Mais, aussi, par l'association improbable, pendant quelques années, de personnalités aussi différentes que celles de Roger, David et Rick (je pense que Nick est plus apte que les autres à dépasser ça).
Voilà, j'écoute pour la troisième fois Endless river. Ce n'est toujours pas un mauvais disque. Je suis peut-être seulement nostalgique ?

Berty

J'ai attendu d'avoir pu écouter au moins à deux reprises l'album avant de faire part de mes premières impressions.

The Endless River ne peut guère être comparé à des disques comme Meddle, Dark Side ou The Final cut, tout simplement parce qu'il ne résulte pas d'un projet abouti et structuré pendant des sessions d'enregistrement organisées pour déboucher sur un nouvel opus. Les conditions de sa "création" sont assez particulières.

Cependant, je pense qu'il faut se laisser porter par cette méditation musicale parfois éthérée et très paisible, avec des envolées flamboyantes qui ne sont peut-être que des éclairs fugaces traversant le ciel, mais qui sont quand même très puissantes.

Le sentiment d'un disque hétéroclite, disparate, avec des ambiances très contrastées, que je pouvais avoir en ayant écouté pendant le week-end des extraits coupés en tranches sur YT s'estompe peu à peu. On glisse lentement d'une  couleur musicale à l'autre, et des échos discrets (des accords, des sonorités de claviers ou de guitare) assurent des liaisons entre certains morceaux.

Oui, c'est vrai, il n'y a pas l'équivalent d'"Echoes" ou de "Shine On you", mais une musique apaisée, qui respire la sérénité, et qui pour ce qui me concerne me touche énormément.

J'ai lu quelque part (je ne sais plus si c'est ici, désolé !) quelqu'un s'agacer du "tic" qui consiste à inclure des fragments de conversations, façon Dark Side, en disant que ça avait du sens dans l'album de 1973, mais que ce serait un manque d'originalité dans le nouvel album. Je trouve au contraire qu'il y a une très grande cohérence. La thème de la communication est central dans la discographie de Pink Floyd, et on le retrouve dans six titres :

Things Left Unsaid
Unsung
The Lost Art Of Conversation
Talkin'Hawkin'
Calling
Louder Than Words.

En analyse littéraire, on appelle ça un champ lexical  :sifflote:, en l'occurrence celui de la communication, de la parole. Les bribes de conversation de Gilmour, Wright et Mason, la voix synthétisée de Hawking, tout cela fait sens (d'ailleurs, j'espère qu'on trouvera sur le Net la transcription de tout ça, histoire qu'on comprenne un peu mieux !). C'est seulement au terme du voyage musical que le chant peut retrouver sa raison d'être, il y a une sorte de logique, de progression, de quête...

Voili, voilà pour mes premières réactions. J'suis pas trop confus, j'espère !
A butterfly with broken wings is falling by your side...

Live At Pompeii

Les mots de Stephen Hawking :

Speech has allowed the communication of ideas, enabling human beings to work together to build the impossible

Mankind's greatest achievements have come about by talking
Our greatest hopes could become reality in the future, with the technology at our disposal, the possibilities are unbounded
All we need to do is make sure we keep talking'
Zappa m'a beaucoup influencé... Je porte la moustache! ^^

The Dark Wall

Ma petite critique :

01. Things Left Unsaid. Une intro montrant bien la direction de l'album assez convaincante mais pas le meilleur morceau de l'album.
02. It's What We Do. Des claviers planants et des solos de guitare atmospherique à gogo dans un album qui semblait démarrer lentement.
03. Ebb And Flow. Un duo guitare synthé très plaisant.

04. Sum. Un morceau assez bestial avec des glissandis de guitare distordue et des roulements de percussions. Vraiment pas mal
05. Skins. La suite logique de Sum en encore plus tribal. C'est assez sympa à écouter.
06. Unsung. Ce morceau calme le jeu des deux premiers morceaux avec son piano tranquille
07. Anisina. Un très beau morceau avec du bon saxo qui clot très bien la face 2.

08. The Lost Art Of Conversation. Une intro dominée par les claviers de Wright. Correct.
09. On Noodle Street. Avec sa ligne de basse entetante et des beaux solis de guitare. Convaincant.
10. Night Light. Un petit morceau de transition fort sympathique.
11. Allons Y 1. Du rock bien efficace !
12. Autumn 68. Evidemment l'orgue de Royal Albert Hall fait tout. Sympa mais j'attendais un peu mieux de ce morceau.
13. Allons Y 2. La suite de Allons Y 1 dans la meme veine mais avec un meilleur solo.
14. Talkin Hawkin. Morceau moyen mais qui vaut le détour.

15. Calling. Un instrumental assez mélancolique et parfois inquiétant qui ouvre en grande fanfare la derniere face.
16. Eyes To Pearls. Un petit riff de guitare sympa mais un morceau qui laisse un peu sur sa fin.
17. Surfacing. Un peu mieux que le précédent. Un instrumental correct.
18. Louder Than Words. UN très beau morceau avec un excellent solo.

Au final un album convaincant mieux que AMLOR et TDB

Berty

Citation de: Live At Pompeii le 10 Novembre 2014 à 18:41
Les mots de Stephen Hawking :

Speech has allowed the communication of ideas, enabling human beings to work together to build the impossible

Mankind's greatest achievements have come about by talking
Our greatest hopes could become reality in the future, with the technology at our disposal, the possibilities are unbounded
All we need to do is make sure we keep talking'


Merci !!  ;)
A butterfly with broken wings is falling by your side...

SoyCD

Citation de: martin le 10 Novembre 2014 à 18:24
You know that I care what happens to you,
And I know that you care for me.
So I don't feel alone,
Or the weight of the stone,
Now that I've found somewhere safe
To bury my bone.
And any fool knows a dog needs a home,
A shelter from pigs on the wing.

Voilà qui me semble, pour ma part, des "derniers mots" fort louables...
Alors si on se met à parler de tout les derniers mots que Pink Floyd aurait pu avoir, je crois que
And everything under the sun is in tune
But the sun is eclipsed by the moon

a sa place au soleil :D

Mentions honorables:
Ashes and diamonds
Foe and friend
We were all equal in the end.

et
And what exactly is a dream?
And what exactly is a joke?
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.

SoyCD

I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.
I repeat myself when under stress.

fouge

Je suis très agréablement surpris . Je vais laisser s'estomper la première écoute avant de replonger mais cet album pourrait bien faire partie de mon top 5 des albums de Pink Floyd . Il n'y manque que l'esprit torturé de Waters pour être complet , mais le son , l'ambiance .......... ça sonne foutrement Pink Floyd .

Kermit

Citationles cassures subites de Waters, des excès, des violences, qui faisaient -pour moi en tout cas - partie du Floyd

Oui, cela me manque aussi dans cet ultime album. Au temps de leurs premiers longs morceaux épiques, les montées en puissance, suivies de relâchements de tensions, faisaient office de mélodies. PF nous emmenait en voyage sidéral, mais ce n'était pas un trajet linéaire et uniformément moelleux, on s'approchait de précipices sonores vertigineux. Ici, la folie, les brèves bouffées d'énergie primale, font défaut. C'est plus "gentillet". Mais il y a du bon quand même. Si l'on enlève les morceaux qui n'apportent pas grand chose, on obtient une suite instrumentale certes inférieure à Echoes et SOYCD, plus travaillées et abouties, mais qui vaut bien Atom Heart Mother, qui en son temps n'était pas une pleine réussite non plus.

Phegos21

Je trouve cet album très (très) bon, moi qui aime les ambiances planantes je suis comblé. Je suis presque même à dire que je l'aime autant que The Dark Side Of The Moon. Oui Monsieur ! Parfaitement !!
Ce sont toujours les mauvaises nouvelles qui arrivent en premier... Je ne suis jamais en retard

DJ Eric

selon la rumeur, Gilmour et Waters ont décidé d'enterrer la hache Eugène de guerre
on ne connaît pas encore les réactions de Ricard Wrigt

Phegos21

A priori non mais peu importe, c'est une question de feelings  ^^
Ce sont toujours les mauvaises nouvelles qui arrivent en premier... Je ne suis jamais en retard

Sysyphus Clegg

Incroyable !
Même le "méchant" Télérama ( :fouet: hihi) aime The Endless River !!!
Je m'attendais à ce que, comme d'hab', ils assassinent les derniers "restes" signés Wright/Gilmour/mason... Eh ben non, c'est tout le contraire :

"The Endless River" : un Pink Floyd aussi inattendu qu'émouvant"

"Vingt ans après The Division Bell, Pink Floyd sort ce 10 novembre 2014 son nouveau disque, The Endless River, qui a déjà battu des records de vente en précommande sur Amazon.co.uk (le précédent record étant détenu par le boys band One Direction !).
The Endless River, dédié à la mémoire et au talent mésestimé de Rick Wright, décédé en 2008, est un album aussi inattendu qu'émouvant, bâti autour de bandes inédites enregistrées par les trois musiciens il y a plus de vingt ans. Quatre longues plages, ponctuées parfois de ces progressives montées en puissance dont le groupe a le secret, avant de se calmer aussitôt, créant un étrange mélange de frustration (quand cela va-t-il démarrer vraiment ?) et de soulagement.

Du Pink Floyd classique, comme épilogue planant et apaisant à l'histoire tourmentée d'un groupe qui, en 2014, fait toujours rêver.
(Hugo Cassavetti)"
Buvu zucu mu surputupurdu, mu lu muchu, mu lu muchu,  buvu zucu mu surputu purdu mu lu much u ruvunu !

bruno graphic

Voici mes impressions (donc c'est totalement subjectif, n'est-ce pas) après une première écoute. Allongé sur le lit, dans le noir, le casque sur les oreilles, totale immersion, pas de sons parasites...
Il faut d'abord remettre les choses dans leur contexte, pour ce qui me concerne. Je ne considère pas Endless River comme un album classique du Floyd, mais comme une oeuvre un peu spéciale, à la manière de More ou de Obscured By Cloud. Ici, en l'occurence, la spécificité, c'est un hommage à Richard dans sa globalité et un album qui n'était pas prévu de sortir. Partant de ça, voici.

C'est un opus profondément nostalgique et mélancolique.
Il y a cette curieuse sensation de "déjà entendu" mais pourtant nouveau.
Des tas de petits clins d'oeil au passé, Saucerful Of Secret, Astronomy Domine, Echoes, Time, Shine On You... et j'en passe.
Les claviers de Rick me semble assez présent, pas exagérément mais bien là. Au même titre d'ailleurs que la guitare à David ou la batterie de Nick.
Il n'y a pas vraiment de morceau qui ressort, mais plutôt un flux continu, calme, planant, avec des moments plus intenses, plus ou moins serein... Et du coup, je trouve que le choix du visuel, de cet homme dans sa barque qui semble tranquillement voguer sur ces vagues de nuages illustre très bien la musique. Totalement dans l'optique de travail d'Hipgnosis et de Storm. Un album hommage on vous dit !
Je pense qu'il faut plusieurs écoutes pour bien appréhender dans sa globalité cet album.
Bref, après cette première écoute, un bel album, assez surprenant finalement et même assez osé dans l'expérimentation au regard de la production (à la mode) musicale actuelle. Peut-être pas foncièrement un immense classique de leur discographie, il manque un petit quelque chose de Rogers, mais enfin... 

Je pense que plus j'écouterai cet album, plus je l'aimerai.  :note:
Pour en savoir un pichot plus sur lo gars http://bruno.dumen.pagesperso-orange.fr

DJ Eric

Citation de: bruno graphic le 11 Novembre 2014 à 10:14
Je pense qu'il faut plusieurs écoutes pour bien appréhender dans sa globalité cet album.
en ce qui me concerne
première écoute : tient y'a des trucs bien et des trucs pas bien
deuxième écoute : bon et bien ce sera la dernière

Citation de: bruno graphic le 11 Novembre 2014 à 10:14
Je pense que plus j'écouterai cet album, plus je l'aimerai.  :note:
la cabane au fond du jardin
selon la rumeur, Gilmour et Waters ont décidé d'enterrer la hache Eugène de guerre
on ne connaît pas encore les réactions de Ricard Wrigt

Réponse Rapide

Note : ce message ne s'affichera qu'après avoir été approuvé par un modérateur.

Nom:
E-mail:
Vérification:
Veuillez laisser ce champ vide:
Taper les lettres montrées dans l'image
Ecouter les lettres / Demander une autre image

Taper les lettres montrées dans l'image:
Quel ruminant figure sur la pochette d'Atom Heart Mother ? (anti-spam débile...):
Raccourcis : [ALT]+[S] pour soumettre/poster ou [ALT]+[P] pour prévisualiser