Outils pour utilisateurs

Outils du site


chanson:roger-waters:dunroamin-duncarin-dunlivin

4:58AM (Dunroamin, Duncarin, Dunlivin)

4:58AM (Dunroamin, Duncarin, Dunlivin) est une chanson de Roger Waters parue en 1984 sur l’album The Pros and Cons of Hitch Hiking.

Toutes les versions officielles

4:58AM (Dunroamin, Duncarin, Dunlivin) sur The Pros and Cons of Hitch Hiking

Paroles et traduction

4:58AM (Dunroamin, Duncarin, Dunlivin)

Hey kid, you looking for a lift?
Get on up here
How’s it going good buddy?

I nailed ducks to the wall
Kept my heart in dark ruins
I built bungalows all over the hills
Dunroamin, duncarin, dunlivin
Took my girl to the country
To sleep out under the moon
Next thing she’s going crazy

Women are like that kid
What the hell can you do?

She waits for the real Mr. Right to come
Gently removing her heart
With his promises of real communication

I saw a program about that on TV

Who’s always picking up the tab
Who built a bungalow for his mum and dad

Me…

Who took you out to all the shows
Who worked his fingers to the bone

Me…

While you were asleep

It was me…I did

I kept you in buttons and bows

Christ, all those clothes!

So you could encourage this creep
With his neat feet
And his clean fingernails
With his wise but twinkling eyes
He’s a rock standing out in an ocean of doubt

Get movin’, get off the road, ya Goddam faggot!

And compromise
I’d like to go on with this bit of a song
Describing this schmuck
I’d like to go on, but I’m going to throw up

Not in my rig you don’t boy… get the hell out of here!

4 heures 58 du matin (Paserrant, Pasattentionné, Pasvivant)

Hé fils, tu fais du stop ?
Grimpe par ici.
Comment ça va, l’ami ?

J’ai cloué des canards au mur
Gardé mon cœur dans de sombres ruines
J’ai construit des bungalows partout dans les collines
Paserrant, pasattentionné, pasvivant.
Emmené ma chérie à la campagne
Pour dormir sous la lune
Maintenant elle est devenue dingue…

Les femmes sont comme ça, fils
Qu’est-ce que tu peux y faire ?

Elle attend la venue du vrai M. Droit
Pour prendre son cœur
Avec ses promesses de vrai contact…

J’ai vu une émission là-dessus à la télé…

Qui paie toujours la note ?
Qui a construit un bungalow pour sa maman et son papa ?

Moi…

Qui t’a emmené voir tous les spectacles ?
Qui a travaillé à s’en écorcher les mains ?

Moi…

Pendant que tu dormais

C’était moi… Je l’ai fait.

Je te gardais avec boutons et rubans

Bon Dieu, tous ces habits !

Pour que tu puisses encourager ce sale type
Avec ses pieds coquets
Et ses ongles propres
Avec ses yeux sages mais qui clignent.
C’est un rocher dressé au milieu d’un océan de doute…

Dégage, dégage de la route, foutu pédé !

Et de compromis.
J’aimerais poursuivre ce bout de chanson
En décrivant ce connard.
J’aimerais poursuivre, mais je vais gerber.

Pas dans mon camion, non, gamin… fous-moi le camp d’ici !

Auteurs de la page : black strat,

chanson/roger-waters/dunroamin-duncarin-dunlivin.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 12:38 (modification externe)