Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Chronique des lecteurs

A Saucerful of Secrets

Le deuxième album du petit groupe anglais (so british) qui va devenir la machine que tout le monde sait, le groupe qui a du se séparer de son leader lunatique, j’ai nommé Syd Barrett. Au début de l’enregistrement de cet album, la trace de Syd est présente sur l’album, de long en large.
L’album est une « Soucoupe Volante Pleine de Secrets », chaque titre est une perle, le caviar de la musique, le Picasso du rock, tout simplement. MAGNIFIQUE.
Les titres s’enchaînent avec une coordination et une logique sans faille.

L’album est sorti en Angleterre chez Columbia le 29 Juin 1968 puis aux Etats Unis chez Tower la même année. Il a été enregistré aux studios EMI, dans le grand studio Abbey Road à Londres, et fut produit par Norman Smith.
Meilleur Classement en Angleterre : 9e (durant une semaine).

Le départ de Syd permis à Roger Waters d’illustrer ses talents d’auteur et compositeur. La chanson Set the Controls for the Heart of the Sun fut la première composition de Waters en solo. D’après mes informations, Syd Barrett est présent sur les titres suivants :

  • Remember a Day en entier
  • une partie de Set the Controls for the Heart of the Sun (le chef-d’oeuvre de l’album)
  • Il est probablement présent sur See-Saw et Corporal Clegg
  • et il est tout en entier sur « Le Blues de la Fanfare » autrement dit Jugband Blues, qui est une de ses chanson type, à mon avis.

Pour l’anecdote, Jugband Blues a été enregistré avec 6 musiciens de la Salvation Army (Syd voulait qu’ils jouent ce qu’ils voulaient tandis que Norman Smith tenait à ce qu’ils jouent une partition écrite, ce qui donna lieu à de légères prises de bec). Il devait être la face B du single See Emily Play, sans suite.

Cet album peut être vu comme une transition du point de vue où The Piper At The Gates Of Dawn est très pop, un vent de fraîcheur, un nouveau souffle, très pop-psyché vu le contexte musical de l’album.
Puis vient Saucerful qui marque une évolution de pop-psyché à ce nouveau genre que l’on nommera « pompeux » avec en partie de l’album More, enregistré pendant le temps libre que leur laissait le travail sur Ummagumma. Album souvent sous estimé malgré la variété des genres musicaux qui y sont représentés, allant du heavy metal de The Nile Song aux ballades acoustiques de Crying Song jusqu’aux pastiches de Blues de More BluesMore a confirmé l’inspiration inépuisable de Roger Waters.
Puis définitivement avec Ummagumma – un album où il faut vraiment être fan du point de vue où les chansons sont de structure complexe avec plusieurs parties – le groupe fut dit « POMPEUX ».

Mais revenons à notre album en question. Les touches pop-psyché sont présentes sur Corporal Clegg, See-Saw, Jugband Blues et Remember a Day puis le reste du disque est très en avance pour son temps, lent, brut, beau, presque envoûtant comme Set the Controls ou encore A Saucerful of Secrets et Let There be More Light.

Autres anecdotes :

  • Remember A Day avait été enregistré pour The Piper at the Gates of Dawn en 1967 et s’appelait alors Sunshine (que je possède en démo) !
  • Les paroles de Set The Controls for the Heart of the Sun proviennent d’un recueil de poésie chinoise datant de la période T’ang (1766-1122 avant JC).

Cet album est tout simplement un régal pour vos oreilles, une perle rock, les Floyd (ah oui, je tiens à dire que Pink Floyd ne veut pas dire « Flamant Rose » mais que c’est le nom de deux bluesmen dont Syd Barrett avait des disques à la maison) nous ont offert un album de transition tout simplement magnifique (je radote, à 15 ans, c’est grave docteur), l’œuvre du Floyd est très bien, du moment que Roger Waters est dans l’album.

Les plumes dominantes sur l’album sont Waters (qui signe 3 titres tout seul), Wright (qui en signe 2) puis Barrett qui a eu le temps de mettre juste un morceau sur le disque. 1 titre est signé par le groupe en entier (Waters, Wright, Mason et Gilmour), avec le titre A Saucerful of Secrets (un magnifique titre, très symphonique dans la construction).
En gros, un album magnifique, génial.

Ma note : 8,5/10



Commentaires



Auteur de la page : Shakey.

Source : Chronique publiée à l’origine dans cette discussion du forum.

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


téléchargements

The Band Who Ate Asteroids For Breakfast

Un Fat Old Sun de 16 minutes, un A Saucerful of Secrets de 25 minutes et un final somptueux avec un Atom Heart Mother de 32 minutes... putain la claque !


conseils musicaux

Playlist Meilleures reprises

D'Hendrix qui tua Dylan à coups d'All Along the Watchtower aux reprises inavouées de Led Zeppelin, tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi !

Propulsé par DokuWiki