Outils pour utilisateurs

Outils du site


chanson:roger-waters:four-minutes

Four Minutes

Four Minutes est une chanson de Roger Waters parue en 1987 sur l’album Radio K.A.O.S..

Toutes les versions officielles

Four Minutes sur Radio K.A.O.S.

Paroles et traduction

Four Minutes

Billy: Four minutes and counting.
Jim: O.K.
Billy: They pressed the button, Jim.
Jim: They pressed the button Billy, what button?
Billy: The big red one.
Jim: You mean THE button?
Billy: Goodbye, Jim.
Jim: Goodbye! Oh yes. This ain’t au revoir, it’s goodbye! Ha! Ha!
Jim: This is K.A.O.S. It’s a beautiful, balmy, Southern California summer day.
It’s 80 degrees… I said balmy… I could say bomby… Ha! Ha! …O.K.
I’m Jim and this is Radio K.A.O.S. and with only four minutes left to us, let’s use this as wisely as possible.
Molly: Everybody got someone they call home.
Jim: Out at Dodger Stadium.
It’s the bottom of the seventh, the Dodgers are leading Three to nothing over the Giants,
and for those of you who are looking to go surfing tomorrow, too bad.
Jim: I’m kinda lost in here to tell you the truth…
O.K. good. Ladies and gentlemen, if the reports that we are getting are correct, this could be it.
Billy, if you’re listening to me, please call now.

After a near miss on the plane
You swear you’ll never fly again
After the first kiss when you make up
You swear you’ll never break up again
And when you’ve just run a red light
Sit shaking under the street light
You swear to yourself you’ll never drink and drive again.
(Sometimes I feel like going home)
You swear you’ll never let things go by again.
(Sometimes I miss the rain and snow)
And you’ll never toe the party line again
(And when the east wind blows
Sometimes I feel like going home.)

Jim: Billy, if you are listening, please call.
Californian Weirdo: Sole has no eyes.
Molly: Goodbye little spy in the sky.
They say that cameras don’t lie.
Am I happy, am I sad, am I good, am I bad?
Jim: Billy, if you’re listening, please call.
Californian Weirdo: Sole has no eyes, sole has no eyes
Billy: Ten, nine, eight, seven,
Margaret Thatcher: Our own independent nuclear deterrent has helped to keep the peace…
Billy: Six, five, four, three,
Ordinary Person: …you’ve go a job…
Billy: Two, one,
Margaret Thatcher: For nearly forty years.
Jim: Goodbye Billy.

Quatre minutes

Billy : Quatre minutes, compte à rebours enclenché.
Jim : O.K.
Billy : Ils ont appuyé sur le bouton, Jim.
Jim : Ils ont appuyé sur le bouton, Billy, quel bouton ?
Billy : Le gros bouton rouge.
Jim : Tu veux dire, LE bouton ?
Billy : Adieu, Jim.
Jim : Adieu ! Oh, oui. Ce n’est pas un au revoir, c’est un adieu ! Ha ha !
Jim : Ici K.A.O.S. C’est une belle et douce journée dans le sud de la Californie.
Il fait 26 degrés… J’ai dit douce… Je pourrais dire explosive… Ha ha ! … O.K.
Ici Jim sur Radio K.A.O.S. Il nous reste quatre minutes, utilisons-les aussi sagement que possible.
Molly : Tout le monde a quelqu’un qui incarne son foyer.
Jim : Au Dodger Stadium,
c’est la deuxième période dans la septième, les Dodgers mènent face aux Giants par trois à zéro,
et pour ceux d’entre vous qui pensaient aller surfer demain, dommage.
Jim : Pour tout vous dire, je me sens un peu perdu…
O.K., bon. Mesdames et messieurs, si nos informations sont exactes, il se pourrait que ce soit ça.
Billy, si tu m’entends, appelle dès maintenant, s’il te plaît.

Après un crash d’avion évité de justesse
Tu jures que tu ne voleras plus jamais.
Après le premier baiser suivant une dispute
Tu jures que tu ne rompras plus jamais.
Et quand tu viens de griller un feu rouge
Assis tremblant sous les réverbères
Tu te jures de ne plus jamais boire et conduire.
(Parfois, j’ai envie de rentrer à la maison)
Tu jures que tu ne laisseras plus jamais les choses rater.
(Parfois, la pluie et la neige me manquent.)
Et tu ne te rangeras plus jamais aux ordres du parti.
(Et quand le vent d’est souffle
Parfois, j’ai envie de rentrer à la maison.)

Jim : Billy, si tu m’entends, appelle, s’il te plaît.
Californien bizarre : Les soles n’ont pas d’yeux.
Molly : Au revoir, petit espion dans le ciel
Ils disent que les caméras ne mentent jamais.
Suis-je heureuse, suis-je triste, suis-je bonne, suis-je mauvaise ?
Jim : Billy, si tu m’entends, appelle, s’il te plaît.
Californien bizarre : Les soles n’ont pas d’yeux, les soles n’ont pas d’yeux.
Billy : Dix, neuf, huit, sept,
Margaret Thatcher : Notre arsenal nucléaire dissuasif a permis de sauvegarder la paix…
Billy : Six, cinq, quatre, trois,
Personne ordinaire : … tu as un job…
Billy : Deux, un,
Margaret Thatcher : … pendant près de quarante ans.
Jim : Adieu, Billy.

Notes et interprétations

Le couplet de Molly provient de la chanson Molly's Song, absente de l’album mais parue en single.

chanson/roger-waters/four-minutes.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 12:38 (modification externe)