Outils pour utilisateurs

Outils du site


chanson:roger-waters:go-fishing

4:50AM (Go Fishing)

4:50AM (Go Fishing) est une chanson de Roger Waters parue en 1984 sur l’album The Pros and Cons of Hitch Hiking.

Paroles et traduction

4:50AM (Go Fishing)

As cars go by I cast my mind’s eye
Over back packs on roof racks
Beyond the horizon
Where dream makers
Working white plastic processors
Invite the unwary
To reach for the pie in the sky
Go fishing my boy!

We set out in the spring
With a trunk full of books about everything
About solar devices
And how nice natural childbirth is
We cut down some trees
And we trailed our ideals
Through the forest glade
We dammed up the stream

And the kids cooled their heels
In the fishing pool we’d made
We held hands and we exchanged bands
And we practically lived off the land
You adopted a fox cub
Whose mother was somebody’s coat
You fed him by hand
And then snuggled snuggled him down
In the grandfather bed while I wrote
We grew our own maize
And I only occasionally went into town
To stock up on antibiotics
And shells for the shotgun that I kept around
I told the kids stories while you worked your loom
And the sun went down sooner each day

Chapter Six, in which Eeyore has a birthday
And gets two presents
Daddy…come on dad
Eeyore the old grey donkey stood by the side of the stream and he looked at himself in the water
“Pathetic” he said, “That’s what it is”
“Good morning Eeyore” said Pooh
“Oh” said Pooh, He thought for a long time

The leaves all fell down
Our crops all turned brown
It was over
As the first snowflakes fell
I realized all was not well in the camp
The kids caught bronchitis
The space heater ran out of diesel
One weekend a friend from the East
Rot his soul
Stole your heart
I said “Fuck it then
Take the kids back to town
Maybe I’ll see you around”

And so… leaving all our hopes and dreams
To the wind and the rain
Taking only our stash
Left our litter and trash
And set out on the road again
On the road again

Bye Bye Daddy, Bye Daddy
You can bring Pearl she’s a darn nice girl
But don’t bring Liza

4 heures 50 du matin (Va pêcher)

Les voitures passent, et je fixe mon esprit
Au-dessus des sacs à dos sur la galerie
Par-delà l’horizon
Où les faiseurs de rêves
Travaillant sur leurs processeurs de plastique blanc
Invitent l’imprudent
À se lancer en quête de l’impossible.
Va pêcher, mon garçon !

Nous sommes partis au printemps
Le coffre plein de livres sur tout
Sur les machins solaires
Et sur les bienfaits des naissances naturelles.
Nous abattions quelques arbres
Et nous pistions nos idéaux
Dans les clairières des bois.
Nous avons construit un barrage sur le ruisseau.

Et les enfants trempaient leurs pieds
Dans la mare à poissons que nous avions creusée.
Nous nous tenions par la main et échangions nos alliances
Et nous vivions en pratique sur le pays.
Tu avais adopté un renardeau
Dont la mère était le manteau de quelqu’un.
Tu l’as nourri à la main
Et puis tu l’as bordé
Dans le lit du grand-père pendant que j’écrivais.
Nous faisions pousser notre propre maïs
Et je n’allais en ville qu’occasionnellement
Pour faire des provisions d’antibiotiques
Et de balles pour le fusil que je gardais à portée de main.
Je racontais des histoires aux enfants
Pendant que tu travaillais sur ton métier à tisser
Et le soleil se couchait plus tôt chaque jour.

« Chapitre six, dans lequel Bourriquet fête son anniversaire
Et reçoit deux cadeaux… »
Papa… allez, papa !
Bourriquet le vieil âne gris se tenait au bord du ruisseau et il se regarda dans l’eau.
“Pathétique !” dit-il. “Voilà ce que c’est.”
“Bonjour Bourriquet”, dit Winnie.
“Oh”, dit Winnie. Il réfléchit un long moment.

Les feuilles sont toutes tombées
Nos cultures ont tourné au brun
C’était terminé.
Quand les premiers flocons de neige sont tombés
J’ai réalisé que tout n’allait pas bien au camp.
Les enfants ont attrapé des bronchites
La chaudière est tombée à court de diesel.
Un week-end, un ami de l’Est
(Que pourrisse son âme !)
T’a volé ton cœur.
J’ai dit « Va te faire foutre
Ramène les enfants en ville
Peut-être qu’on se recroisera. »

Et ainsi… abandonnant tous nos espoirs et rêves
Au vent et à la pluie
N’emportant que notre planque
Laissant notre litière et nos déchets
Nous repartîmes sur la route à nouveau
Sur la route à nouveau.

Au revoir papa. Bye papa.
Tu peux amener Pearl, c’est une gentille fille
Mais n’amène pas Liza…

Winnie l'ourson !

Le conte que raconte le narrateur à ses enfants au milieu de la chanson est un véritable extrait du début du chapitre 6 du livre Winnie l’ourson (Winnie-the-Pooh), d’Alan Alexander Milne, sorti en 1926 (Disney n’a repris le personnage que quarante ans plus tard). Le choix de cet extrait en particulier par Waters n’est sans doute pas innocent quand on voit les commentaires acerbes de Bourriquet (Eeyore), l’âne dépressif, dont le cynisme détonne quelque peu dans le cadre d’un conte pour enfants.

Toutes les versions officielles

4:50AM (Go Fishing) sur The Pros and Cons of Hitch Hiking



Auteurs de la page : Wulfnoth (traduction, notes, mise en page), manu (paroles), black strat.

chanson/roger-waters/go-fishing.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 12:38 (modification externe)