Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Chansons de Pink Floyd

Vegetable Man

Vegetable Man est une chanson écrite et composée par Syd Barrett en 1967. C’est l’une des dernières qu’il ait écrites pour Pink Floyd. Elle n’apparaît sur aucun album du groupe.

« C’était vraiment très stressant d’attendre que Syd vienne avec les chansons pour le deuxième album. Tout le monde l’attendait, et il n’a pas pu le faire. Jugband Blues est une chanson très triste, le témoignage d’une dépression nerveuse. La dernière chanson que Syd a écrit pour le Floyd, Vegetable Man, était prévue pour ces sessions, mais ca n’a jamais abouti. Il l’a écrite dans ma maison ; c’est juste une description de ce qu’il porte. C’est très troublant. Roger l’a écartée de l’album car elle était trop sombre, et c’est vrai qu’elle l’est. Ca ressemble à des éclairs de conscience. »

Peter Jenner, Mojo Magazine, mai 1994.

Paroles et traduction

Vegetable Man

In yellow shoes
I get the blues
As I walk the street with my plastic feet
With blue velvet trousers
Make me feel pink
There’s a kind of stink about
Blue velvet trousers

In my paisley shirt
I look a jerk
And my turquoise waistcoat
Is quite out of sight
But oh my haircut look so rare
Vegetable man, where are you?

So I change my gear
And I find my knees
And I cover them up with the latest cut
My socks are bought in a box
It don’t take long to buy nylon socks
And the watch
My watch
Black watch
With a black face
And a date in a little hole

And all the lot is what I’ve got
It’s what I wear
It’s what you see
It must be me
It’s what I am

Vegetable man where are you?

Ah ah ah
I’ve been looking all over the place
For a place for me
But it ain’t anywhere
It just ain’t anywhere

Vegetable man
Vegetable man
Vegetable man

He’s the kind of guy that you’ve just gotta see if you can
Vegetable man

L'homme-légume

Dans des chaussures jaunes
J’ai le blues
Marchant dans la rue avec mon pied en plastique
Dans mon pantalon de velours bleu
Je me sens rose
Il y a une sorte de puanteur liée
Aux pantalons bleus

Dans mon chandail en cachemire
J’ai l’air d’un con
Et mon perfecto turquoise
N’est plus à la mode
Mais oh ma coupe est tellement unique
Homme-légume, où es-tu ?

Alors je me change
Et je découvre mes genoux
Et je les recouvre de la dernière coupe en vogue
Mes chaussettes sont achetées par lot
C’est facile d’acheter des chaussettes de nylon
Et la montre
Ma montre
Une montre noire
Avec le devant noir
Et la date dans un petit coin

Et cet ensemble est tout ce que je possède
C’est ce que je porte
Ce que tu vois
Ça doit être moi
C’est ce que je suis

Homme-légume, où es-tu ?

Ah ah ah
J’ai cherché partout dans cet endroit
Une place pour moi
Mais elle n’est nulle part
Il n’y en a pas

L’homme-légume
L’homme-légume
L’homme-légume

C’est le genre de mec qu’il faut absolument que tu voies
L’homme-légume.



Auteurs de la page : Stéphanie (traduction), Wulfnoth (citation, mise en page), manu (un peu de traduction, mise en page).

Navigation


presse & médias

A Pig's Tale

Roger Waters retrace l'histoire de l'accessoire le plus légendaire du rock : du premier cochon fabriqué en décembre 1976 et qui s'appelait Algie, jusqu'à l'échappée belle de celui du concert de Coachella en 2008. Toute une histoire !


presse & médias

Set the Controls for the Heart of the Floyd

Une longue interview de Roger Waters dans laquelle... ça balance ! Et l'interviewer d'UNCUT ne mache pas ses mots non plus.


presse & médias

Fables of the Reconstruction

1994. David Gilmour, Nick Mason, Rick Wright et Peter Jenner sont autour d'une table pour se remémorer la créative maturation de 12 albums du Floyd. Immanquable.


téléchargements

The Great Gig in Boblingen

1972 : la meilleure version de Careful with that Axe, Eugene de tous les temps est accouchée, tout simplement démoniaque.

Propulsé par DokuWiki