Outils pour utilisateurs

Outils du site


king-crimson:thrak

Thrak

Scan et transcription de la chronique de l’album Thrak (King Crimson) par Sachem, parue dans Guitare planète en 1996.

Scan

Scan de la chronique de Thrak

Transcription

King Crimson reprend son trône sans recours à la force, sans manœuvres constitutionnelles. Le Roi Pourpre agite son spectre et toute la cour s’incline devant la légitimité incarnée. Robert Fripp est rentré de ses croisades solitaires. Il a estimé qu’il était temps de tester la reviviscence de sa créature. Il a appelé Bill Bruford, Tony Levin et Adrian Belew, ses compagnons des années 80, pour leur adjoindre un second bassiste (Trey Gunn) et un deuxième batteur (Pat Mastelloto). King Crimson reprend vie.

Mieux même, il est en pleine forme physique et mentale. Les guitares déploient des riffs aux mâchoires d’acier, les basses et les sticks multipares sautillent et exultent, les batteries et percussions débitent à la chaîne des rythmes sur leur billot. Pour la première fois, King Crimson ne reprend pas seulement ses esprits passés, mais aussi une partie de sa musique et de ses sons. On a la forte impression que Robert Fripp lance ses opérations à partir d’une base connue, les six musiciens improvisant autour d’un thème déjà travaillé.

Ainsi, on a déjà été entendu “Vrooom” quelque part… On comprend que ce titre emprunte à “Red” (1974) son riff et construction quand, en fin d’album, arrive “Vrooom Vrooom”, témoignage du bœuf que King Crimson a entrepris en studio pour faire naître du moderne à partir de l’ancien. Il l’a ensuite amélioré grâce aux leçons des années 80. Mais ne nous trompons pas, la musique du groupe brille comme un sou neuf. La jeunesse de la démarche, l’enthousiasme des musiciens en sont les crédits. L’improvisation centrale de “Sex, Sleep, Eat, Drink, Dream” (une leçon !), par Bruford qui délire sans jamais casser le jeu, ni le rythme, confirme l’intronisation en grandes pompes du duo qu’il forme avec Mastelloto (“B’Boom”).

Fripp assène ses riffs de larsen que Belew ponctue de sons brillants comme de la limaille. Levin et Gunn dégainent des basses miaulantes et bouillonnantes. La formule des deux trios (basse-batterie-guitare) tourne à merveille aussi bien pour les titres les plus durs, entre heavy metal intelligent et industriel cérébral, que pour les chansons aux ambiances liquides et venteuses. Le troisième règne du Roi Pourpre s’ouvre sur un album majeur.



Auteur de la page : Alistair (scan), Sydalie (transcription).

king-crimson/thrak.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 13:36 (modification externe)