Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil

La Grande Histoire du Floyd

Il était une fois, dans la jolie campagne britannique, le petit Pink qui s’ennuyait tout seul. Dans la maison d’en face, le petit Floyd en faisait autant, mais en face. Un jour, il se rencontrèrent au milieu de la rue. Et comme ils n’étaient pas dans les passages protégés, une voiture les écrasa tous les deux.

Ainsi ne commence pas la véridique et merveilleuse histoire de Pink Floyd.


Bon alors sérieusement…

Comme pour l’œuvre de tout artiste, on peut découper l’histoire de Pink Floyd en « époques » ou en « périodes ».

Tout d’abord la période pré- et protohistorique où Pink Floyd n’existe pas encore. Ses futurs membres sont éparpillés dans des groupes de blues-rock-twist comme The Jokers Wild, The Tea Set, The Sreaming Abdabs, etc. Nous sommes avant 1966.

La période historique commence quand Pink Floyd a son nom. Il y a tout d’abord l'enfance de Pink Floyd qui s’étend sur les années 1966, 1967 et le début de 1968. Cela correspond bien sûr à la « période Barrett ».

L'adolescence du groupe se situe de 1968 à 1973. Exit Barrett, welcome Gilmour. Cette période est considérée par les anciens comme l’âge d’or de PF. C’est l’époque des grandes improvisations, des audaces sonores et visuelles, des expérimentations en tous genres, de la créativité débridée.

La période suivante va de 1973 à 1979. Pink Floyd devient malgré lui un monstre, une machine à sous. Il remplit d’immenses stades, se coupe de son public, et les audaces de la période précédente ont quasiment disparu.

S’ensuit la période des tensions, de 1979 à 1987 avec un Waters dominateur qui évince Wright, Gilmour et Mason étant réduits, eux, au rang de simples accompagnateurs. Waters finit par partir lui-même en 1985. C’est une période douloureuse pour tout le monde, y compris pour les fans.

1987 voit naître un Pink Floyd troisième formule, mené par Gilmour et sans Waters. Une sorte de phénix du pauvre qui réussit son come-back, au moins sur le plan financier, mais brûle trop peu longtemps.

Depuis 1995, tout le monde s’interroge sur le devenir du groupe qui se retrouve à quatre en juillet 2005 lors du grand concert Live 8, mais dont chaque membre semble plus préoccupé l’un par sa carrière personnelle, l’autre par la jouissance de la vie sur son voilier, le troisième par sa collection de voitures anciennes et le quatrième, comme le premier, par sa carrière musicale personnelle. Le premier et le quatrième invitant tantôt l’un, tantôt l’autre des deux autres à jouer dans ses concerts solos.

Et puis, Syd Barrett tire définitivement sa révérence en juillet 2006… suivi de Rick Wright deux ans plus tard. Toute reformation du groupe semble à présent définitivement compromise.



Commentaires



Auteurs de la page : Blue Berry (texte), manu (mise en page).

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


téléchargements

The Band Who Ate Asteroids For Breakfast

Un Fat Old Sun de 16 minutes, un A Saucerful of Secrets de 25 minutes et un final somptueux avec un Atom Heart Mother de 32 minutes... putain la claque !


conseils musicaux

Playlist Meilleures reprises

D'Hendrix qui tua Dylan à coups d'All Along the Watchtower aux reprises inavouées de Led Zeppelin, tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi !

Propulsé par DokuWiki