Outils pour utilisateurs

Outils du site


la-grande-histoire-du-floyd:partie-3

Pink Floyd 1968-1973 : l'adolescence

Quelqu’un dans la voiture : « On passe prendre Syd ? ». Quelqu’un d’autre : « Non. »

Il parait que ça s’est passé comme ça. Ce jour-là du printemps 1968, Syd attendra en vain ses camarades partis répéter en studio en le laissant délibérément chez lui. A-t-il seulement eu conscience de cet « oubli » ? Ce n’est même pas sûr. Son état psychique était devenu tellement ingérable qu’il a fini par motiver ce « non » qui tombe comme un couperet.

Si un groupe musical peut s’apparenter à un être vivant, celui-ci peut avoir à subir des amputations ou des greffes. Pink Floyd vient de se greffer un nouveau guitariste-chanteur, David Gilmour. La greffe s’est bien passée, le greffon est bien timide et mal à l’aise, mais prometteur : il sait se servir de sa six-cordes, il sait chanter. À présent le groupe doit faire face à une amputation. C’est souvent nécessaire et toujours douloureux, ce genre d’opération. Avec le recul, cette nécessité semble acquise. Mais la douleur aussi restera lancinante pendant des années, voire des décennies.

Pink Floyd travaille alors sur son deuxième LP, [A Saucerful of Secrets dont la plupart des titres sont déjà en boite, y compris une ultime composition de Syd Barrett qui fermera l’album : Jugband Blues. Certains titres ont été enregistrés à cinq, comme Set The Controls For the Heart of the Sun, les autres seront finis à quatre.

(à suivre)



Auteur de la page : Blue Berry, manu (mise en page).

la-grande-histoire-du-floyd/partie-3.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 13:36 (modification externe)