Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Presse et médias

Décès de Syd Barrett, co-fondateur de Pink Floyd

La dépêche de l’AFP annonçant la mort de Syd Barrett. Il y en eu plusieurs le même jour, celle-ci est la plus complète.

mardi 11 juillet 2006, 19h23

Pink Floyd (photo AP)

LONDRES (AFP) - Syd Barrett, dont le décès a été annoncé mardi, était une figure culte du rock psychédélique, fondateur du groupe de rock progressif britannique Pink Floyd.

Génie créatif, miné par les drogues et un état mental fragile, incapable d’assumer les contraintes de la célébrité et des tournées harassantes, il vivait depuis des années comme un ermite dans une maison aux rideaux toujours fermés dans la banlieue de Cambridge.

Le musicien est décédé à l’âge de 60 ans de complications liées à son diabète. « Il est mort très paisiblement il y a deux jours. Il aura des funérailles privées », a annoncé une porte-parole de Pink Floyd.

« Le groupe est naturellement très triste d’apprendre la mort de Syd Barrett. Syd était la lumière qui a guidé le groupe à ses débuts et laisse derrière lui un héritage qui continue d’inspirer », a réagi le groupe dans un communiqué.

Né à Cambridge en 1946, Roger Keith Barrett, dit Syd, fonde en 1965 Pink Floyd, dont il aurait trouvé le nom en s’inspirant de deux joueurs de blues peu connus de sa collection de disques, Pink Anderson et Floyd Council.

Outre lui-même, guitariste et chanteur, le groupe comprend alors Nick Mason, Richard Wright et Roger Waters, un de ses camarades d’école. Barrett compose Arnold Layne et See Emily Play, qui font remarquer le groupe.

En août 1967 sort leur premier album, l’éclectique The Piper at the Gates of Dawn, écrit en grande partie par Barrett.

Pink Floyd devient rapidement le groupe phare du mouvement psychédélique britannique et à 21 ans Syd Barrett est une célébrité, emblématique des années 60 psychédélique.

« Il avait tout, il était innovateur, artiste et entouré de belles femmes » et il « a changé la façon dont on écoutait et jouait la musique pop », écrivait l’Independent à l’occasion de son 60e anniversaire, ajoutant qu’une « foule de musiciens d’aujourd’hui sont encore impressionnés par ses chansons originales ».

Mais Syd Barrett a implosé quelques mois après la percée du groupe. Sa santé mentale déjà fragile se détériore rapidement à force de tournées endiablées et d’abus de drogues psychédéliques.

Oubliant ses instruments, ne se rendant pas aux concerts, ou restant figé face au public sans jouer une note, Barrett est finalement victime d’une grave dépression, qui force le groupe à l’exclure en 1968. Le groupe, dirigé désormais par Gilmour et Waters, connaîtra un succès planétaire avec l’album conceptuel de 1973 The Dark Side of the Moon.

Entre des séjours à l’hôpital psychiatrique et chez sa mère dans la ville universitaire de Cambridge, Syd Barrett enregistre ensuite des albums solo (The Madcap Laughs (1970), Barrett et Opel), aidé par ses anciens camarades de Pink Floyd. Mais il vivait reclus depuis trois décennies, essayant d’éviter tout ce qui pouvait lui rappeler Pink Floyd.

« Il avait un grand magnétisme », mais « ne pouvait pas gérer le succès et tout ce qui va avec », a déclaré récemment Dave Gilmour, qui l’avait remplacé en 1968. « Il prenait des drogues à la pelle », avait-il dit.

Pink Floyd lui avait rendu hommage dans Wish You Were Here (nous aimerions que tu sois là) et dans Shine On You Crazy Diamond.

David Bowie a salué ce visionnaire mardi :

« Je ne peux vous dire à quel point je suis triste. Syd a été une inspiration majeure pour moi. (…) Il était si charismatique et un auteur vraiment original ».



Auteur de la page : manu.

Navigation


presse & médias

A Pig's Tale

Roger Waters retrace l'histoire de l'accessoire le plus légendaire du rock : du premier cochon fabriqué en décembre 1976 et qui s'appelait Algie, jusqu'à l'échappée belle de celui du concert de Coachella en 2008. Toute une histoire !


presse & médias

Set the Controls for the Heart of the Floyd

Une longue interview de Roger Waters dans laquelle... ça balance ! Et l'interviewer d'UNCUT ne mache pas ses mots non plus.


presse & médias

Fables of the Reconstruction

1994. David Gilmour, Nick Mason, Rick Wright et Peter Jenner sont autour d'une table pour se remémorer la créative maturation de 12 albums du Floyd. Immanquable.


téléchargements

The Great Gig in Boblingen

1972 : la meilleure version de Careful with that Axe, Eugene de tous les temps est accouchée, tout simplement démoniaque.

Propulsé par DokuWiki