Strict Standards: Declaration of Doku_Renderer_metadata::table_open() should be compatible with Doku_Renderer::table_open($maxcols = NULL, $numrows = NULL, $pos = NULL) in /homepages/2/d173636238/htdocs/inc/parser/metadata.php on line 24

Strict Standards: Declaration of Doku_Renderer_metadata::table_close() should be compatible with Doku_Renderer::table_close($pos = NULL) in /homepages/2/d173636238/htdocs/inc/parser/metadata.php on line 24
Presse et médias › Guitarist of the month: Syd Barrett ☮ Seedfloyd

Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Presse et médias

Guitarist of the month: Syd Barrett

Traduction de l’article Guitarist of the month: Syd Barrett publié en octobre 1967 dans le numéro 57 de Beat Instrumental. C’est une interview de Syd Barrett.

La plupart des guitaristes commencent leur apprentissage musical au piano. Mais pas Syd Barrett. Il a commencé sur un banjo.

« Je ne sais pas vraiment pourquoi » dit-il, « Ça me semblait être une bonne idée à l’époque. Je l’ai choisi dans une boutique d’occasion et je l’ai gratté joyeusement pendant à peu près 6 mois. Ensuite je me suis décidé à acheter une guitare. La première était une Hofner #12 acoustique que j’ai gardé pendant un an. Ensuite j’ai rejoint un groupe de Cambridge appellé “Geoff Mott and the Mottoes” et j’ai flashé sur une Futurama 2. En ce temps là, je pensais que c’était le top en matière de guitares. Un design fantastique et tout le tralala. À propos, Geoff Mott était un excellent chanteur… je me demande ce qu’il est devenu. »

« Nous avons beaucoup joué dans les soirées privées. Certaines de nos chansons étaient des compos originales, mais en général, on piquait tout aux Shadows et autres chansons américaines. En fin de compte, le groupe s’est dissout et je me suis mis au blues, à la basse cette fois. C’était également une Hofner et j’ai joué avec pendant 2 ans. Un jour j’ai rencontré un gars nommé Roger Waters qui m’a dit que quand j’irai dans une école d’art de Londres, nous pourrions jouer ensemble et former un groupe. Ce que j’ai fait, et je suis devenu un membre des “Abdabs”. Je devais acheter une autre guitare parce que Roger jouait de la basse, une Rickenbaker, et nous ne voulions pas d’un groupe avec deux basses. »

« Alors je me suis mis à la guitare et nous avons commencé à faire la tournée des pubs. Durant cette période on n’arrêtait pas de changer de nom, jusqu’à The Pink Floyd. Je ne sais plus exactement qui a suggéré ce nom, ni pourquoi, mais ça sonnait bien. Il y a 2 mois, j’ai dépensé 2000 francs pour une nouvelle guitare, mais je continue toujours à utiliser la première. Je l’ai peinte plusieurs fois et je l’ai même recouverte de toile de plastique et de disques argentés. Ces disques sont toujours dessus mais ils commencent à être un peu usagés. Je n’ai rien changé dessus, à part quelques fois où j’arrangeais un peu les micros quand j’avais besoin d’un son différent. »

« Qui sont mes idoles ? Et bien, évidemment Steve Cooper et aussi Bo Diddley. Il y a longtemps, il a eu une énorme influence sur moi et sur le groupe. Non, je ne pense pas qu’ils m’influence maintenant. Tout du moins, je n’en suis pas conscient. À part être un bon guitariste je n’ai pas vraiment d’ambitions… pas encore ! Je ne suis pas dans le business depuis longtemps. »



Auteurs de la page : manu (traduction, mise en page), Marion (traduction), Nicole (traduction).

Navigation


presse & médias

A Pig's Tale

Roger Waters retrace l'histoire de l'accessoire le plus légendaire du rock : du premier cochon fabriqué en décembre 1976 et qui s'appelait Algie, jusqu'à l'échappée belle de celui du concert de Coachella en 2008. Toute une histoire !


presse & médias

Set the Controls for the Heart of the Floyd

Une longue interview de Roger Waters dans laquelle... ça balance ! Et l'interviewer d'UNCUT ne mache pas ses mots non plus.


presse & médias

Fables of the Reconstruction

1994. David Gilmour, Nick Mason, Rick Wright et Peter Jenner sont autour d'une table pour se remémorer la créative maturation de 12 albums du Floyd. Immanquable.


téléchargements

The Great Gig in Boblingen

1972 : la meilleure version de Careful with that Axe, Eugene de tous les temps est accouchée, tout simplement démoniaque.

Propulsé par DokuWiki