Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Presse et médias

No Longer in the Pink?

Traduction de l’article No Longer in the Pink? de Daina Darzin, paru dans Rock Magazine en 1984. Il s’agit d’un article sur David Gilmour pour la sortie de son deuxième album solo About Face.

Article traduit

Vous pouvez aussi voir l’article original.

Fini La Vie En Rose ?

Après Final Cut, il se libère, par Daina Darzin.

Les rumeurs de profonds désaccords entre le guitariste de Pink Floyd, David Gilmour, et le bassiste, Roger Waters, ainsi que la sortie de leurs nouveaux albums solos respectifs semblent indiquer que le groupe est sur le point de suivre le chemin de super groupes comme les Who et Led Zeppelin.

Pink Floyd est (était?) une espèce rare, un groupe non commercial et obscure mais pourtant acclamé par la critique. Après des débuts difficiles, ils sont rentrés dans l’histoire : leur Dark Side of the Moon de 1973 est resté dans les charts pendants 10 ans, plus longtemps que n’importe quel autre album. Alors que ce seul exploit leur garantissait une place de choix dans l’histoire du rock ‘n’ roll, le groupe a continué à avoir du succès avec une série d’albums qui ont bien marché, parmi lesquels l’énorme The Wall qui donna naissance à un film d’animation.

Étonnamment, Dark Side of the Moon n’a pas rendu le groupe millionnaire à vie. « Nous avons perdu la majorité de l’argent que nous avions gagné avec cet album », explique David Gilmour.

« L’argent s’est évaporé et on ne l’a jamais revu. Nous n’étions pas très doué pour le conserver; nous avions employé une compagnie financière pour justement le garder mais ils n’ont pas été très bons non plus. Mais nous avons gagné beaucoup plus depuis. The Wall a rapporté beaucoup d’argent. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas sur la paille. »

Alors quelles sont les chances pour que Pink Floyd sorte un nouveau mega hit ? « Je ne suis pas parti du groupe » insiste Gilmour.

« Officiellement nous sommes toujours ensemble. C’est juste que nous n’avons rien de prévu pour le moment. Nous avons des disputes plus ou moins prononcées à propos de ce que nous voulons faire et comment le faire. Mais nous avons toujours fait cela durant ces 16 dernières années. Il y a eu des centaines d’incidents et on a eu de très grosses disputes à propos de The Wall. »

Gilmour était plutôt satisfait du résultat pour The Wall mais pas pour Final Cut. En fait, ce disque a généré le plus gros conflit avec Waters. « Final Cut est l’album que j’aime le moins de tous ceux de Pink Floyd, » déclare-t-il.

« Je pense que le ton est trop plaintif, l’album est trop pleurnichard. Et il n’y a que 3 bonnes chansons, ce qui, je pense, n’est pas suffisant pour en faire un bon album. J’avais pourtant beaucoup d’arguments de poids mais j’ai fini par arrêter de travailler sur la production de l’album. Roger voulait que j’arrête de travailler dessus parce que nous étions en désaccord sur tout ce que nous faisions. En fin de compte j’ai accepté de le laisser faire à sa manière. Honnêtement je ne pense pas qu’il ait fait un très bon travail. »

Après cette désagréable expérience, Gilmour est allé de l’avant en enregistrant son second album solo, About Face. (Son premier album éponyme est sorti en 1978 et s’est vendu assez modérément.) Coproduit par Bob Ezrin (producteur pour Pink Floyd et Alice Cooper), About Face regroupe beaucoup de star comme Steve Winwood, Jeff Porcaro de Toto, Pino Palladino et Ian Kewley du groupe populaire (en Angleterre) de Paul Young. Pete Townshend a également écrit les paroles de deux chansons, Love on the Air et All Lovers are Deranged.

About Face contient une grande variété de genres musicaux, du hard rock à la ballade en passant par un morceau funky : Blue Light. Ce morceau a été édité en single pour un passage en radios et boites de nuit. L’absence de morceau en clé mineure et l’orientation résolument profonde et sérieuse à la Pink Floyd se ressent clairement.

Gilmour dit qu’il n’a pas fait cet album dans le but de changer de registre, les changements sont venus naturellement car « c’est moi qui écrit, pas Roger. Je suis quelqu’un de beaucoup plus gai. »

Son air plus heureux est peut-être du à sa vie de famille stable : Gilmour est avec sa femme depuis plus de 12 ans et ils ont trois jeunes enfants. Bien qu’il fasse beaucoup de tournées, il essaie de garder sa famille unie. Il vient de finir de parcourir les USA et le Canada.

Bien que poursuivant activement sa carrière solo, il n’exclut pas une possible réunion avec les autres membres de Pink Floyd. « Je ne voudrai pas travailler toujours tout seul » dit-il.

« J’aime travailler en collaboration avec d’autres personnes. Je veux rester libre de faire ce qui me plait. »



Auteur de la page : manu (traduction, infographie, mise en page), Mnzaou (transcription), Walmour (mise en page).

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


chronique des lecteurs

The Pros and Cons of The Pros and Cons of Hitch Hiking

Chronique de l'album de Roger Waters qui aurait très bien pu sortir en lieu et place de The Wall, en 1979.


conseils musicaux

Le Krautrock

Derrière ce mot barbare se cache le rock expérimental allemand des années soixante-dix, une scène singulière, à l’écart des canons anglo-américains.

Propulsé par DokuWiki