Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Presse et médias

Retour sur Terre avec Roger Waters

Scan et transcription de l’article Retour sur Terre avec Roger Waters de Benoît Herr, paru en mars 2006 dans le numéro 41 du magazine Crossroads. Il s’agit d’une interview de Roger Waters à l’occasion de son concert à Magny-Cours le 14 juillet 2006.

Retour sur Terre avec Roger Waters, page 1

Retour sur Terre avec Roger Waters, page 2

Retour sur Terre avec Roger Waters, page 3

Retour sur Terre avec Roger Waters, page 4

Retour sur Terre avec Roger Waters

« Plus dure sera la chute » suivi de « il y a une vie après la mort ».

L’événement musical de l’été se tiendra sur le circuit de Formule 1 de Magny Cours, dans la Nièvre… Non, le circuit ne sera pas le théâtre d’un quelconque festival ou concert spécial : le concert événement fera partie intégrante du Grand prix de France de Formule 1, le 14 juillet 2006. Et c’est Roger Waters et son groupe qui y apparaîtront, mesdames et messieurs, en compagnie de Nick Mason, le batteur historique de Pink Floyd. Ils y joueront The Dark Side of the Moon dans son intégralité pour la première fois depuis 1974 ! L’annonce de cet événement s’est faite le 27 février en présence de Roger, qui a bien voulu nous accorder une interview.

En 1973, après The Dark Side of the Moon, c’est la période de l’argent facile et du farniente. L’oisiveté, le manque de motivation et la cupidité aidant, l’enregistrement de Wish You Were Here se fait enfin mi-75, mais l’album ne sort qu’en septembre. Quinze mois après, voici Animals : en fait, les trois album précités peuvent être considérés comme un continuum, les versions embryonnaires de l’un étant déjà présentes au moment de la sortie de l’autre. Roger Waters prend de plus en plus d’importance en tant que compositeur et les dimensions, minimes au départ prennent de plus en plus d’ampleur.
Puis, c’est The Wall, sur lequel Waters écrit tout sauf quatre morceaux qu’il co-écrit. Et encore : Waters estime que Gilmour est crédité par protection et revendique la paternité de l’œuvre dans son ensemble. Les accords passés dans les années soixante pour le partage des royalties volent en éclat et Rick Wright est pour ainsi dire évincé du groupe. Le producteur, Bob Ezrin, qui faisait partie de la famille Floyd, est viré parce que Roger n’a pas supporté qu’il révèle les détails de la mise en scène de The Wall à un journaliste. Waters est décidément le leader du Pink Floyd. Et que dire de The Final Cut : « a requiem for the post war dream by Roger Waters performed by Pink Floyd » nous dit la pochette. Quant à Rick Wright, il n’est même pas crédité ! Alors que Nick Mason se jette à corps perdu dans la course automobile, Gilmour et Waters se prennent le chou sur la redistribution des droits d’auteurs. Finalement, Gilmour disparaît de la liste.
Il n’y aura pas de tournée The Final Cut. Il n’y a plus de projets communs non plus. C’est le manager, Steve O’Rourke, qui va déclencher la rupture : il s’est moralement senti obligé de révéler au groupe la renégociation en cours de ses accords avec Roger, qui de son coté, s’est senti trahi. Mais ce n’est qu’en 1987, lors d’une conférence de Presse, que Roger annonce son départ officiel du Floyd.
Dans l’intervalle, il a travaillé sur The Pros and Cons of Hitch Hiking, un projet mis de côté à l’époque de The Wall, mais jamais abandonné. L’album sort en 1984. Roger à la rancœur tenace : par avocats interposés, il pourrit la vie de ses anciens petits camarades alors qu’ils préparent A Momentary Lapse of Reason. En 1987 c’est Radio KAOS ; la même année sort A Momentary Lapse of Reason. Chacun vole désormais de ses propres ailes. Roger n’oublie pas. Il monte un concert géant de The Wall hautement symbolique ; à Berlin, sur la Potsdamer Platz fraîchement réunifié (le mur « de la honte » passait par là jusqu’au 9 novembre précédent), avec des tonnes d’invités. 1989-1990, c’est aussi le moment où Roger commence à penser à son opéra Ça ira, aidé par Étienne Roda-Gil.
En 1992 sort Amused to Death et en 1994 The Division Bell de Pink Floyd, avec un morceau directement lié à la querelle incessante du groupe avec Waters : What do you want from me ? De 1999 à 2002 (avec un trou en 2001), c’est la tournée In the Flesh.
Et enfin, c’est le Live8, le 2 juillet 2005. Nos quatre compères sont à nouveau réunis sur scène pour le set le plus long de toute la journée à Hyde Park : 22 minutes précisément (!) et une réconciliation publique même si l’ambiance n’était pas forcément au beau fixe, Gilmour, sur le devant de la scène, peinant à décrocher un sourire à Roger. Alors, sommes nous en droit d’espérer ce que tout le monde attend ?

Entrée de Roger, avec sa stature imposante, sa prestance, son charisme, son calme olympien, sa détermination palpable.

Roger Waters : « J’ai entendu hier que David (Gilmour) venait de publier un communiqué de Presse infirmant la rumeur selon laquelle une tournée de Pink Floyd à laquelle je participais se tiendrait à l’automne. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de tournée de prévu avec David, Nick et Rick. Mais, au-delà de la fausse rumeur, c’est la manière dont est présentée l’information qui est intéressante à noter : “Pink Floyd et Roger Waters”… »

Mais rassure-moi, vos histoires de procès et tout pour le nom de Pink Floyd etc, c’est terminé ?

Roger Waters : « Oh oui ! Depuis 1985, je crois. Légalement, ce sont Nick et David qui sont propriétaire du nom. »

Et tu t’es réconcilié avec les autres, Nick Mason en particulier, puisque, outre la réunion du Live8 en juillet dernier, celui-ci va prendre part au concert de Magny Cours.

Roger Waters : « Oui, bien sûr. Nick est un ami de longue date. Il est le copilote ! Nous sommes souvent parti en vacances ensemble, avec nos familles respectives. »

Que penses-tu de son livre Inside Out (dont le titre français est Pink Floyd, l’histoire selon Nick Mason) ?

Roger Waters : « Disons que Nick et moi avons une lecture différente de l’histoire… Quand les gens me demandent mon avis, je réponds en général “il a un certain talent pour la fiction” (rires). Et Nick sait que je dis ça. Nous sommes redevenus très amis. Autrement, son style est bien, le livre est bien fait et les photos sont chouettes. Je suis très heureux que ce livre soit un succès. Simplement, je ne suis pas d’accord avec bon nombre des choses qu’il raconte. »

Comment en es-tu venu à accepter la réunion du Live8, le 2 juillet dernier à Hyde Park ?

Roger Waters : « Au début, je devais participer au Live8 de Philadelphie avec mon groupe et était en contact avec Larry Magid, le promoteur de l’événement.
Puis j’ai a appelé Nick et lui ai demandé ce qu’il pensait qu’en penserait Bob Geldof. Nick est revenu vers moi en disant “je n’ai aucune influence sur Bob. Il faut me croire. Le seul qui puisse boucler ça, c’est toi”.
Alors, j’ai appelé Bob ; il était sur le point de sortir dîner à l’occasion du 40ème anniversaire de sa petite amie et nous avons eu cette conversation étrange “non, celle-là, pas celle-là… Alors comme ça tu voudrais participer à ce concert à Hyde Park pour influencer les membres du G8 ? Essaie l’autre. Essaie les chaussures vertes avec celle-ci… Il faut que j’y aille, maintenant, c’est son p… d’anniversaire”. J’ai conclu : “Dis-nous ce que tu veux et nous en déciderons”.
Et puis je n’ai plus rien entendu pendant des semaines. Un jour, le téléphone a sonné, dans la voiture, à Manhattan. C’était Bob. Je lui ai demandé “Où est-ce que tu veux que nous jouions ?” Il a répondu : “A Hyde Park”

— “Je sais que c’est à Hyde Park, mais où sur l’affiche ? Quand ?”
— “Le 2 juillet”
— “Je sais ça aussi …Tu sais bien ce que je veux dire”
— “C’est McCartney qui conclut la journée”
— “Je sais aussi”
— “Bon, juste avant lui, après Madonna .”.
Et j’ai dit “OK. Tu en parles à Dave ?”
— “Non, appelle-le toi”
— “Moi ? Mais ça fait plus de 20 ans que je ne lui ai pas parlé. Je n’ai même plus son numéro !”.
Bob m’a donné le numéro. J’ai appelé et Dave a répondu. Je lui ai fait la proposition et il a dit “Ah … Oh, non… Je ne peux pas… Je suis un peu rouillé ces temps-ci”. Bref, au final il a demandé un petit délai, puis il a accepté. Et nous l’avons fait ! »

Ce concert a-t-il amélioré vos relations par la suite ?

Roger Waters : « Mmmmh… Est-ce que ça a… (long moment de réflexion). Oui, un peu, sans doute, mais pas autant que je l’aurais souhaité. »

David se trouvait sur le devant de la scène, il n’était donc pas facile pour lui de te voir et de te faire des sourires, mais… je crois qu’il t’en a fait un.

Roger Waters : « Oh, David a été très heureux de donner ce concert, il ne faut pas croire. Tu sais, il fait toujours cette grimace quand il joue… il est tellement concentré sur sa guitare, sur son jeu. Quand à moi, je n’ai absolument rien à redire à propos de ce concert. C’était super et j’adorerais le refaire. »

Est-ce à dire qu’on peut conserver l’espoir de vous revoir sur scène tous les quatre un jour ? Qu’il n’y a plus d’autres obstacles à cela que psychologique ?

Roger Waters : « Je ne vois pas très bien pourquoi une telle réunion ne serait pas possible. J’en serais ravi. Oui, je crois sincèrement que les seules barrières sont aujourd’hui psychologies. »

À Magny Cours, The Dark Side of the Moon sera joué dans son intégralité et représentera une bonne partie du concert. Même si ce n’est pas ton album préféré, il doit quand même représenter beaucoup de choses pour toi, non ? Et en quoi ta version diffère-t-elle de la version originale ?

Roger Waters : « Non, en effet, mon album préféré demeure The Wall. Il est plus intéressant. Mais The Dark Side of the Moon représente en quelque sorte un sommet en terme de créativité du groupe, celle-là même initiée avec Echoes à l’époque de Meddle. C’est une œuvre très aboutie et je serai très heureux de la jouer. Ce sera dans le second set. Le premier sera dévolu à mes propres morceaux… Quant à ma version, il n’y en a pas vraiment : peut-être un solo rallongé par-ci, par-là. Ces morceaux ont une existence déjà suffisamment longue pour que je n’aille pas les tripoter de trop. Mon groupe est excellent et j’espère que nous jouerons parfaitement ces morceaux, avec beaucoup de cœur. »

Une idée de la setlist du premier set, déjà ?

Roger Waters : « Non, pas encore… Nous sommes en train de répéter de nombreux morceaux. Nous allons choisir parmi ceux-là. Il y en aura quelques-uns de The Wall et aussi quelques nouveaux. »

C’est à partir de la sortie de The Dark Side of the Moon que vous avez commencé à gagner beaucoup d’argent, énormément d’argent. Qu’est ce que The Dark Side of the Moon a changé dans ta vie ?

Roger Waters : « Essentiellement deux choses. D’abord, c’est à ce moment-là que nous avons connu la plus grande communion dans le groupe : nous formions un seul groupe, un seul esprit, une seule âme. Mais c’est aussi l’album qui portait en lui toutes les graines de la discorde et du déclin. Et puis, sur le plan personnel, ça a été un tournant : quand on gagne une telle quantité d’argent, il faut faire un choix et décider si on est capitaliste ou socialiste. Si on met l’argent à la banque on est un capitaliste, puisque les banques sont des organisations capitalistes. J’étais donc confronté à un dilemme ; j’ai résolu les problème par une sorte de compromis : j’en donnais une partie aux pauvres (mais une partie seulement) et mettais le reste à la banque.
C’est aussi à ce moment-là que je me suis rendu compte que, paradoxalement, ayant remporté un certain succès, je ne voudrais en aucun cas plus me retrouver sans un vrai métier, dans une position dans laquelle il est facile de partager ce qu’on a avec tout le monde. Une part de ma motivation à faire du rock était d’éviter d’avoir à faire un job que j’exècre. »

Tu veux dire que tu n’aimes pas l’architecture ?

Roger Waters : « Oui, enfin, l’architecture en tant que telle ça va. J’aime bien dessiner. Mais c’est le milieu, l’atmosphère… Tous ces types qui ne savent parler que de ça… j’ai du mal. »

Et du coté du groupe ?

Roger Waters : « Oh, ce sera le groupe habituel, avec Snowy White, Andy Fairweather et les autres… Sauf Doyle Bramhall qui ne pourra pas venir parce qu’il sera en tournée avec Eric (Clapton, ndr) à ce moment-là. Il y aura aussi Jon Carin et mon fils Harry aux claviers. »

Tiens, à propos de Harry, il a fait, il y a deux ans, un passage éclair dans le groupe Ozric Tentacles. Pourquoi si peu de temps ?

Roger Waters : « Oh, je n’étais pas partie prenante de la chose, mais Harry, qui est vraiment un fan ultime, a eu des tas de problèmes avec Brandy, la femme d’Ed Wynne. Je ne devrais sans doute pas plus m’étendre sur le sujet.
En fait, je les ai vus sur scène à New York … Ed est un excellent instrumentiste, mais quand on est leader d’un groupe, il faut aussi savoir être à l’écoute des autres musiciens, une sorte de pater familias. Pour moi, ils sont trop dans leur truc, lui et le flûtiste, là, comment s’appelle-t-il ? »

Champignon… ou Jon…

Roger Waters : « Oui, c’est ça. On ne l’entend même pas, lui, tellement il se place n’importe où sauf devant le micro. Ça avait le don de m’irriter. Lorsque que je les ai vu sur scène, j’ai remarqué qu’ils portaient en eux la destruction de cet ensemble dans lequel se trouvait Harry. »

As-tu des invités, lors de tes concerts de l’été ?

Roger Waters : « Non, jusqu’ici il n’y a rien de prévu. Par contre, je ne sais toujours pas qui va prendre en charge les parties de guitare et de chant de David Gilmour. J’en saurai sans doute plus dans quelques jours. »

Hormis la tournée, quels sont tes autres projets ? J’ai entendu parler de deux albums, l’un dont le nom provisoire serait Heartland, engagé politiquement et l’autre plutôt orienté vers l’amour ?

Roger Waters : « Ouh la.. tu es bien renseigné. Je ne sais pas si ça va s’appeler Heartland. Mais en effet, j’ai d’ores et déjà une bonne douzaine de chansons prêtes et deux albums dans le pipeline. J’en envisage effectivement deux, avec les orientations que tu indiques. Disons que l’un serait un peu la suite de Amused to Death tandis que l’autre serait un peu la suite de The Pros and Cons of Hitch Hiking, sans pour autant qu’il y ait de corrélation directe. »

Une idée du calendrier de sortie ?

Roger Waters : « Non… Tu sais, cette tournée va retarder les albums d’autant. »

Qu’écoutes-tu comme musique, en ce moment ?

Roger Waters : « J’écoute surtout de la musique lorsque je suis en voiture. En fait, lorsque je suis chez moi sans occupation particulière, je mets une chaîne de sport à la télé, plutôt. Là, je viens d’écouter Maria Callas. »

A propos, pouvons-nous évoquer un peu Ça Ira, ton opéra en trois actes pour orchestre, soliste et chœurs récemment sorti, mais auquel tu pensais depuis plus de quinze ans ? Et tout d’abord pourquoi de la musique classique ?

Roger Waters : « Oh, je n’y ai même pas réfléchi. On m’a présenté ce libretto d’Etienne Roda-Gil et j’ai tout de suite commencé à penser à la musique. C’était comme naturel. »

Et pourquoi l’opéra ?

Roger Waters : « A cause des paroles. »

Et pourquoi a-t-il fallu si longtemps ?

Roger Waters : « Parce que j’y travaillais un peu et puis plus à cause d’autres projets et puis à nouveau, etc. Il y a eu beaucoup d’alternances de périodes sans et de périodes avec. Plus de périodes sans, d’ailleurs.
La traduction du français en anglais a pris beaucoup de temps aussi. Souvent, j’étais insatisfait de la forme narrative et il fallait tout recommencer. Mais je suis assez content du résultat final. Il y aura une représentation en “full production” (c’est-à-dire avec costume, projections, etc.) à Pozna’n, Pologne les 6 et 7 juillet. Il y aura aussi une représentation à Cardiff en octobre, mais uniquement avec l’orchestre et les voix, dont le baryton Bryn Terfel. »

T’attendais-tu à ce que cet opéra entre dans les charts classiques, qui plus est à la place à laquelle il a accédé, la première ?

Roger Waters : « Pour être honnête, oui. Je pensais que les fans de Pink Floyd l’achèterait juste par curiosité. Mais ce qui est intéressant c’est qu’aujourd’hui, soit trois mois plus tard, il est toujours, dans le top 10 classique. »

Et pourquoi la révolution française ?

Roger Waters : « Oh, c’est une idée d’Étienne. Cela dit, c’est très important : plus de 200 ans ont passé depuis la Déclaration des Droits de l’Homme. C’est une période intéressante de l’Histoire et un document au moins aussi important que la déclaration d’indépendance des États-unis. Il nous faut décider si nous voulons ou non baser notre existence sur les règles établies pas ces lois, parce que comme tu le sais l’administration américaine de même que le gouvernement du Royaume uni ont décidé de faire fi de l’habeas corpus et des autres droits fondamentaux protégeant l’individu : ils écoutent ton téléphone, peuvent t’arrêter, t’incarcérer sans te donner accès à un avocat. On peut tout simplement t’enfermer et jeter la clé, au moins aux États-Unis, et tu n’as aucun recours. Et ça, c’est quelques chose de terrifiant.

Encadré « Un léger décalage »

Le 27 février dernier, notre rencontre avec Roger Waters a été précédé d’une conférence de Presse orientée automobile et Grand Prix de Formule 1 à la fin de laquelle Roger est intervenu. Cette conférence était animée par le commentateur habituel de la Formule 1 sur TF1, généralement aux côtés de Jacques Laffitte sur les circuits. Dès sa première question, on a pu prendre la mesure d’un certain décalage…

« La Formule 1 est synonyme de technologie », a-t-il dit « Pink Floyd est synonyme de technologie. L’album The Dark Side of the Moon est une référence en la matière. La technologie est-elle pour vous une motivation importante pour ce concert ? »

Roger Waters, du tac au tac : « Oh, en fait je n’ai aucun intérêt pour la technologie… (hilarité de l’ensemble de la salle) …Je m’intéresse à beaucoup d’autres choses, comme la politique, la littérature, la poésie… Quant au côté technologique de Pink Floyd, en fait on se débrouillait surtout avec ce qu’on avait sous la main. On expérimentait beaucoup avec des objets usuels. Et, pour tout vous dire, la Formule 1 ne m’intéresse guère… »

« Mais vous allez tout de même assister au grand prix, non ? », renchérit l’homme de télé.-“Oh, j’aurais bien aimé, mais le 16 nous devons être à Locarno … Donc je verrai sans doute cela à la télévision”.
Se tournant ensuite vers Jacques Régis, Président de la Fédération Française du Sport Automobile : « Monsieur le Président, réalisez-vous que vous aurez le 14 juillet une légende vivante du rock à Magny Cours ? » –– « Je pense qu’on y a réfléchi avant ! C’est un concert très important, à la dimension et à la mesure de l’événement. Autant on m’avait fait diverses propositions les années précédentes, que j’ai refusées, autant là je l’ai non seulement acceptée, mais vivement souhaitée. Peut être que Roger nous fera le plaisir de chanter la Marseillaise, le 14 juillet… »

Et Roger de répondre, en français, s’il vous plaît : « Pourquoi pas ? »



Auteurs de la page : Constantin (images), Mnzaou (transcription), manu (mise en page).

Navigation


dossiers

Guide du routard floydien

Annuaire de tous les lieux associés de près ou de loin à Pink Floyd, comme la Battersea Power Station ou l’UFO club. Lisible dans Google Earth^^


bibliographie

Speak to m(E)

Fanzine français dédié à Pink Floyd. Articles de qualité et humour omniprésent, du tout bon ! 8€, frais de port inclus.


médias

Jukebox

Un jukebox chargé de bootlegs, MP3 & vidéos de Pink Floyd ainsi que quelques enregistrements des membres du forum :)


téléchargements

Interstellar Zappadrive

Le fameux concert de Pink Floyd avec Frank Zappa en octobre 1969 !

Propulsé par DokuWiki