Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Presse et médias

Roger Waters dans le Süddeutsche Zeitung

Ce qui suit est une traduction d’une interview assez rare de Roger Waters, donnée au journal allemand Süddeutsche Zeitung le 18 mai 2003 à l’occasion de la réédition de The Dark Side of the Moon au format SACD. Il y parle notamment de ses problèmes avec la sexualité et… David Gilmour ! Quand on pense qu’ils ont fait le Live8 ensemble 2 ans plus tard… !

Süddeutsche Zeitung : « Mr. Waters, suite à la réédition de l’album Dark Side of the Moon de 1973, j’aimerai revenir avec vous quelques années en arrière. »

Roger Waters : « OK, quelle année ? »

Süddeutsche Zeitung : « 1966, l’année ou Pink Floyd a signé son premier contra avec une maison de disque. »

Roger Waters : « C’était en 1967 et pas en 1966. »

Süddeutsche Zeitung : « Désolé. »

Roger Waters : « Pas de problème. »

Süddeutsche Zeitung : « Un retour sur le lointain passé. »

Roger Waters : « Demande-moi ce que tu veux. Tu interroges, je réponds, c’est comme ça que ça se passe. »

Süddeutsche Zeitung : « Ça ne s’est pas toujours passé comme ça… Fut un temps ou vous étiez connu pour effrayer les journalistes. »

Roger Waters : « Je n’ai jamais voulu faire peur aux journalistes. C’est juste que je ne leur parlais pas, c’est différent ! »

Süddeutsche Zeitung : « Pourquoi est-ce que vous vous marrez ? »

Roger Waters : « Je me rappelle la tournée Wish You Were Here en amérique, au milieu des années 70, quand il y avait toute cette hystérie autour de Pink Floyd. Ils nous on refilé le “Mr. relations publiques” le plus cher de tout Los Angeles. Il nous disait quand et à qui parler, pour obtenir un maximum de diversité. Alors on l’a écouté… mais on a dit “Hey Gary, arrête ça ! Regarde, tu n’as pas beaucoup de boulot avec nous puisque que ce soit pour la télé, la radio, les journaux, ta réponse sera toujours non, toujours : non ! Ok ? »

Süddeutsche Zeitung : « Il vous a écouté ? »

Roger Waters : « Bien sûr qu’il nous a écouté, il était payé pour ça, très bien payé d’ailleurs. »

Süddeutsche Zeitung : « Sympa comme boulot. »

Roger Waters : « Effectivement. »

Süddeutsche Zeitung : « Pourquoi vous et les autres ne vouliez-vous pas parler aux journalistes ? »

Roger Waters : « On voulait avoir la paix pour nous concenter sur notre travail. Les bavardages déconcentrent, surtout quand on est en pleine tournée. Une autre raison que j’avais de ne pas faire ce pacte faustien avec les médias, c’est que je ne voulais pas qu’ils me possèdent. Et à la base, les médias vous possèdent si vous ne leur dites pas « non ! » assez vite. Ils vous bouffent, ils font ce qu’ils veulent de vous. »

Süddeutsche Zeitung : « Votre comportement était bien sûr considéré comme arrogant. »

Roger Waters : « En effet, mais dans ce genre de cas, il faut comparer ce que l’on paie et ce que l’on a : j’ai payé quelques interprétations bidons dans les médias stupides sur ma personne et ma musique. Ce que j’ai eu : le calme et la tranquillité. En fin de compte, ce n’était pas si mal pendant les 15 ans où Pink Floyd fut un groupe aussi connu. »

Süddeutsche Zeitung : « Doutez-vous que le jeune Roger Waters ait été quelqu’un de compliqué ? »

Roger Waters : « Non, et je veux bien admettre que cela avait plus à voir avec mes problèmes personnels qu’avec d’autres personnes. Je n’étais pas vraiment une personne facile à vivre, plutôt le contraire. Mais pourquoi tout ce foin autour de 1967 ? On est encore dans les années 1970. »

Süddeutsche Zeitung : « OK! I recently saw a picture of you and the band in a Syd Barrett biography walking around in London in colourful clothers cheering. You had just signed a record deal. 1967. »

Roger Waters : « Swinging, wasn’t it? »

Süddeutsche Zeitung : « Yes swinging, even if you just meant this ironic. »

Roger Waters : « In 1967 I had a very romantic idea of the music business. You know, I had just studied architecture for 5 years and wanted to leave an impact in this world this way or another. It was a fine thing having a record deal. We were incredibly glad and thrilled. »

Süddeutsche Zeitung : « Recalling that photo and now hearing your words it all sounds innocent and, well, child-like. »

Roger Waters : « Yes, that’s what it was, maybe also naïve. I was a hopeless romantic back then and I had quite some romantic years behind me. I see myself in 1959 in Paris with my guitar on the river seine playing some blues licks – playing them pretty badly. But good or not, in the end it was about the 15-year-old Roger Waters sitting at the Seine in Paris playing the blues. »

Süddeutsche Zeitung : « When we talk about London in 1967, we talk about the so-called Swinging London, on said photo one can forebode some of that, it all looks so carefree. »

Roger Waters : « I want to be honest with you, regardless of the funny photo: there was no Swinging London! I mean, where was it? »

Süddeutsche Zeitung : « I don’t know, I was very small back then. But you should definitely know! You were a young and colourful gun who played in the UFO club, the Beatles dropped by, great women, everything was very cool. »

Roger Waters : « I never saw Swinging London. »

Süddeutsche Zeitung : « Mmh… »

Roger Waters : « Look: there were several events, there was this connection to the anti-nuclear weapons movement, there were calls for the legalization of cannabis, and as already mentioned, events, like UFO club, whatever. But don’t get fooled by that thinking there was swing in every street. In the streets a square society went after its usual businesses. »

Süddeutsche Zeitung : « Myths ? »

Roger Waters : « Yes, definitely. In hindsight we tend to insinuate a indisputable general attitude to life to a certain generation. But we forget that young people back then were just as different individually, with their own wishes, fears, problems and so on. I think this is true for my person as well. »

Süddeutsche Zeitung : « What about the sexual revolution? »

Roger Waters : « Right, there you targeted the fitting subject. Excuse me that I laugh…. »

Süddeutsche Zeitung : « It once was denied that you were able even to smile! »

Roger Waters : « Yes, alright, let’s look at the laughter and the sex: you are talking to a man that was full of feelings of guilt whenever he even thought about sex. I was ashamed to death. Even harmless sexual experiences had an incestuous vibe to me. »

Süddeutsche Zeitung : « But that’s really sad! All others were happy having fun in their beds… »

Roger Waters : « no, no, no my young friend, not all! Not me! »

Süddeutsche Zeitung : « …there was no Aids, it must have been paradise… »

Roger Waters : « yes, but sadly enough, not for me! When you feel immediately guilty after any sexual feeling, a sexual revolution in your environment is the plain horror. That a sexual revolution in a more object view is something wonderful, is obvious. But I didn’t perceive it like that. (*pauses shortly*). Which is of course regrettable. I fear I missed out on something. »

Süddeutsche Zeitung : « Excuse me if I now begin a little tabloid-like to … »

Roger Waters : « …You are doing quite well as a tabloid journalist… »

Süddeutsche Zeitung : « Why did you feel guilty? Did it have to do with your close attachment to your mother? »

Roger Waters : « Not only to my mother, the house was full of women, no man apart from me, my father had died in the war… »

Süddeutsche Zeitung : « The whole trauma you later put to music in The Wall… »

Roger Waters : « Exactly. I don’t want to turn this interview into a Freudian session, but of course due to the loss of my father I had the notorious feeling that I had to replace my father and to look after everything. Then there was the society out there: For the people in England sex was basically a devilish and dirty thing, you know? Over every sexual contact loomed the terrible, frightening, destroying consequence of a possible pregnancy! Now you laugh, but… »

Süddeutsche Zeitung : « You laugh yourself… »

Roger Waters : « …yes, but seriously: if you happened to get a woman pregnant back then, a woman that you hadn’t given all possible “Yes” words before, then this meant nothing else but the untimely and sad end of your life. You were being outlawed. So much for the carefree sexual life in the year of 1967, at least my carefree sexual life. »

Süddeutsche Zeitung : « So your personal sexual liberation only came later, but fine… »

Roger Waters : « yes, definitely! Possibly it’s happening now in my old days. I’m not sure about that. ……….. No forget it! But one thing: this whole Kafka-esque misery was lying over the complete English middle-class of the late-60s. Middle class was sheer horror. I think that in the working class, which really was a working class back then, they shagged really unconcerned about things, because they didn’t give a fvck, you know, they didn’t have anything to lose. But in the middle class the puritan misery of the Victorian age was blooming like in a greenhouse. »

Süddeutsche Zeitung : « Mr Waters, yesterday I listened to The Dark Side of the Moon again. Regardless of the many bad reviews by critics, it is undeniable that this record which is now 30 years old still sounds very modern. »

Roger Waters : « …which does have a bit to do with the late-60s. »

Süddeutsche Zeitung : « Why? »

Roger Waters : « Because, despite my sober views on it, the 60s were a time in which some of us began to ask fundamental questions, about live, death, society, about “the sense” of it all. As we started to go on tour in the early-70s trying to work out the material it was only consequential that this would become a cohesive and fundamental record with which we’d trace after these essential questions. And these questions will never become unfashionable, they were always there and they will always be there. »

Süddeutsche Zeitung : « The record still sells 500,000 copies annually in America alone. That is incredible. »

Roger Waters : « Yes and no, because, as I already stated, it asks essential questions, and surely we succeeded in creating a kind of soundtrack to life by melting traditional blues and jazz elements with an everyday sound landscape, which still touches people today. And which, by the way, possesses a rather funny side, too. The humour in Pink Floyd, my ability to laugh, too, were always underrated. Not by the fans, but of course by the critics. »

Süddeutsche Zeitung : « Il y a un passage du disque qui dit laconiquement « S’accrocher avec un désespoir tranquille est bien quelque chose d’anglais ». Faites-vous toujours le même constat aujourd’hui ? »

Roger Waters : « Ce que je constate en Angleterre est du pragmatisme à l’état pur, et ce pragmatisme causera notre perte. À cause de ce pragmatisme, tous nos acquis sociaux sont en danger, des acquis pour lesquels nous avons combattu pendant de nombreuses années après la guerre. C’est par pragmatisme que Blair a suivi dans cette guerre insensée, pour des trucs froids et matérialistes, rien d’autre. »

Süddeutsche Zeitung : « Pourtant Blair et Bush sont réputés être très religieux. »

Roger Waters : « Cela rend les choses encore pire, mais ce n’est pas le facteur décisif. Quoi qu’il en soit, cette guerre était une grossière erreur. Nous le verrons dans le futur. »

Süddeutsche Zeitung : « Vous êtes très déçu par les travaillistes. »

Roger Waters : « Il n’y a plus de Parti travailliste. Il y a les conservateurs et il y a les autres conservateurs. Les premiers sont appelés conservateurs, les autres sont appelés Nouveaux travaillistes. Quoi que cela veuille dire. »

Süddeutsche Zeitung : « M. Waters, il y a bientôt 20 ans que vous vous êtes séparé de vos anciens camarades, avant d’être pris dans l’un des conflits les plus bizarres de l’histoire récente de la musique. Vous avez repris contact avec le claviériste Rick Wright et le batteur Nick Mason. Quelles sont vos relations avec votre successeur-chef irrégulier, le guitariste David Gilmour? »

Roger Waters : « Il n’y a pas de relations. Nous ne nous sommes pas parlés depuis 1985, hormis une récente communication téléphonique des plus étranges. »

Süddeutsche Zeitung : « Quel rôle jouait David Gilmour dans Pink Floyd ? »

Roger Waters : « Un rôle très important. C’est un excellent guitariste, par exemple. »

Süddeutsche Zeitung : « Eh bien, pardonnez-moi de vous demander ça, mais pourquoi vous et Gilmour ne vous retrouvez pas après toutes ces années autour d’une pinte de bière et… »

Roger Waters : « Pourquoi le devrais-je ? »

Süddeutsche Zeitung : « Parce que Pink Floyd recevrait un salaire colossal dans l’éventualité d’une réunion, par exemple. »

Roger Waters : « Ça ne m’intéresse pas. En ce moment, je travaille sur un opéra et un album studio normal. Pourquoi devrais-je perdre mon temps à parler avec David Gilmour ? »

Süddeutsche Zeitung : « Parce que… »

Roger Waters : « Vous savez quoi ? »

Süddeutsche Zeitung : « Quoi ? »

Roger Waters : « Je ne l’aime pas. »

Süddeutsche Zeitung : « Vous ne l’aimez pas. »

Roger Waters : « Exactement, je ne l’aime pas, tout simplement. David et moi avons toujours été deux personnes très différentes, avec des points de vue très différents. C’était le cas en 1968, quand il a rejoint le groupe. Ça na jamais changé. Il faut parfois faire face à la réalité, et la réalité est : je ne l’aime pas. [Sourire.] »

Süddeutsche Zeitung : « Tout simplement. »

Roger Waters : « C’est ce que j’ai dit. Tout simplement. »



Auteur de la page : manu (début de traduction).

Source : Interview with Roger Waters (May 18, 2003) (en anglais)

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


chronique des lecteurs

The Pros and Cons of The Pros and Cons of Hitch Hiking

Chronique de l'album de Roger Waters qui aurait très bien pu sortir en lieu et place de The Wall, en 1979.


conseils musicaux

Le Krautrock

Derrière ce mot barbare se cache le rock expérimental allemand des années soixante-dix, une scène singulière, à l’écart des canons anglo-américains.

Propulsé par DokuWiki