Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Seedfloyd

Perles du site

Wulfnoth qui se lâche dans la biographie de Roger Waters :

Roger Waters est né le 6 septembre 1943. Il est donc Vierge, même si on ne le dirait pas comme ça.

Roger Waters est l’ancien bassiste, pourvoyeur d’idées et tyran dominateur du groupe Pink Floyd. Contrairement à ce qu’il croyait, il n’était cependant pas Pink Floyd à lui tout seul, car sinon, il ne se fût point appelé Roger Waters, mais Pink Floyd. Sa carrière solo désastreuse et ses ventes d’albums risibles sont là pour le lui rappeler chaque jour, ce qui explique son air un peu aigri de temps en temps. Il reformerait bien Pink Floyd pour se faire un peu d’argent (Money, dans la langue de Shakespeare, Milton et Waters, n’est-ce pas), mais le gros David refuse : il préfère batifoler sur sa barque avec sa femme qui, paraît-il, préfère l’amour en mer. C’est ballot. Du coup, Roger se défoule en tournant avec des seconds couteaux et en cassant quelques murs à l’occasion pour voir s’il y a quelqu’un de l’autre côté. Les docteurs ont beau lui dire qu’à 67 ans, ça n’est pas vraiment raisonnable, il s’en fiche.


Mnzaou démasqué dans l’interview Rick Wright avec ou sans Floyd :

Quoi qu’il en soit, il y a une différence avec Versailles. J’adore l’Earl Court parce que j’y ressens comme une atmosphère intimiste alors que quand nous jouons devant 80.000 personnes, je me demande souvent ce que doit ressentir Rick Floyd (mon ami Franc-comtois) perdu dans la foule à plus de 600 mètres de la scène, ce qu’il entend… En fait je n’aime pas ça. La raison pour laquelle nous faisons ce style de concerts dans des stades ou des endroits gigantesques, et je vais être très franc à ce sujet, c’est pour gagner de l’argent. D’un autre coté, les gens savent que nous ne pourrions pas mettre sur pied une infrastructure aussi gigantesque si nous jouions dans des endroits trop petits. Quand nous sommes sur scène, la seule chose que nous entendons, ce sont les 10 premiers rangs. C’est avec eux que j’ai le plus d’échanges. La scène elle même est un endroit assez intime, nous sommes entre musiciens, je regarde Tim Renwick, Nick, Dave, Guy Pratt… Je suis juste concentré sur la musique et si je pensais à tout ce qu’il y a devant la dite scène… je crois que j’arrêterais de jouer sur le champ !

Voir aussi



Auteurs de la page : ont souhaité garder l’anonymat

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


chronique des lecteurs

The Pros and Cons of The Pros and Cons of Hitch Hiking

Chronique de l'album de Roger Waters qui aurait très bien pu sortir en lieu et place de The Wall, en 1979.


conseils musicaux

Le Krautrock

Derrière ce mot barbare se cache le rock expérimental allemand des années soixante-dix, une scène singulière, à l’écart des canons anglo-américains.

Propulsé par DokuWiki