Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Chronique des lecteurs

Wish You Were Here Live 1974-75 : La construction d'un monument

— par Meddler

Un concert de Pink Floyd en 1975

Novembre 1973. Fin de la longue et épuisante tournée The Dark Side of the Moon. Pink Floyd est désormais mondialement connu, le groupe est aussi très riche mais un repos s’impose après deux ans de tournée mondiale. Arrive la nouvelle année 74. La presse, le public, tout le monde en fin de compte, attend beaucoup du groupe. Quelque chose d’aussi bon que Dark Side ! Une grosse pression sur le groupe qui fait un rapide passage par Abbey Road ! Evidemment le groupe n’y est pas des plus productifs ! Ils réutilisent le système qui avait vu naître Echoes, à savoir assembler des morceaux improvisés. La légende veut que Gilmour soit l’initiateur de Shine on You Crazy Diamond avec cette suite de quatre notes si connue. Au final tout le monde s’y met et le premier morceau est en bonne voie. Par ailleurs Waters amène une création plus personnelle : Raving and Drooling (le futur Sheep).

Pink Floyd débarque alors en France pour sa tournée du mois de juin avec, au programme :

  • Shine On You Crazy Diamond en une partie
  • Raving and Drooling
  • Echoes
  • The Dark Side of the Moon en entier

Deux nouveaux morceaux donc ! Et pas des moindres puisque Shine On dure une vingtaine de minutes et fait un très forte impression dans les salles françaises. Quant à Raving and Drooling, il a déjà le timing de Sheep (10 minutes) ainsi que sa construction. C’est un début mais encore insuffisant pour en faire un album (quoique le groupe en aurait peut-être été capable ; il suffisait de rajouter dix minutes sur le deuxième morceau !).

Nouvelle pause, plus courte puisque le groupe repart pour une tournée sur leur territoire durant les mois de novembre - décembre.
Aux morceaux de la tournée française s’ajoute un petit nouveau : You Gotta Be Crazy (futur Dogs) ! Un morceau qui a le mérite de bouger un peu plus que ses deux prédécesseurs, mais toujours avec Gilmour au premier plan.
Les trois créations sont désormais annoncées comme les prémices du nouvel album. Rien de plus. Ca pourrait suffire à faire un album de 40 minutes donc pourquoi pas…
On peut aussi ajouter que si Shine On ouvre toujours les concerts, c’est désormais Echoes qui les conclue. De bons moments passés avec 2h20 de concert environ, qui s’allume et s’éteint merveilleusement bien.

Nos compères ont donc trois nouvelles compositions à leur actif ! Il est temps de faire un tour aux studios. C’est chose faite en janvier 1975.
Mais il y a un petit souci : les membres du groupes ne sont pas très inspirés, ne sont même pas certains de vouloir faire quelque chose. Apparemment, seul ce cher Waters était motivé. Il aurait proposé de mettre de côté deux des trois morceaux (Raving and Drooling ainsi que You Gotta Be Crazy) mais aussi de séparer Shine On en deux pour ouvrir et clôturer l’album. Toujours sur inspiration de Waters, le groupe décide d’y intercaler des morceaux ayant pour thème l’atmosphère qui règne alors au sein du groupe : tensions, colère, emprisonnement, absence, jalousie etc. Il y avait là de quoi faire quinze albums !

Avril 1975. Début de la tournée nord-américaine au Canada. On y trouve :

  • Raving and Drooling
  • You Gotta Be Crazy
  • Shine On You Crazy Diamond (Parts I-V)
  • Have a Cigar
  • Shine On You Crazy Diamond (Parts VI-IX)
  • Dark Side
  • Echoes

Pour le moment Raving and Drooling et You Gotta Be Crazy sont donc toujours au programme. On a en revanche le premier morceau inspiré de « la vie du groupe » : Have a Cigar ! La question du succès forcément…
Autre petite anecdote : pour le concert du 26 avril, Waters introduit Shine On comme un hommage à Syd. Pour la première fois ?
Petite pause au mois de mai (peut-être un passage en studio ?) et reprise de la tournée en juin. Fin de la tournée le 5 juillet au Knebworth avec la présence de Roy Harper sur Have a Cigar !
Étrangement la tournée de Wish You Were Here ne comporte donc ni Welcome to the Machine, ni … Wish You Were Here ! Il est à supposer que ces deux morceaux ont été écrits entre juillet et septembre, juste avant la sortie de l’album : le 15 septembre 1975 !

Conclusion, un peu à l’image de The Dark Side of the Moon, Wish You Were Here a été peaufiné au fil des concerts, des humeurs du groupe. Mais l’ambiance y était visiblement nettement moins sereine ! Et pourtant… et pourtant Wish You Were Here est bel et bien reconnu comme l’un des meilleurs albums du groupe, sa marque de fabrique, ses plus belles paroles…

Voir aussi

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


chronique des lecteurs

The Pros and Cons of The Pros and Cons of Hitch Hiking

Chronique de l'album de Roger Waters qui aurait très bien pu sortir en lieu et place de The Wall, en 1979.


conseils musicaux

Le Krautrock

Derrière ce mot barbare se cache le rock expérimental allemand des années soixante-dix, une scène singulière, à l’écart des canons anglo-américains.

Propulsé par DokuWiki