Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Chansons de Pink Floyd

Cymbaline

Cymbaline est une chanson de Pink Floyd sortie en 1969 sur l’album More. Paroles et musique sont de Roger Waters. On retrouve parfois ce morceau sous le titre Nightmare.

Paroles et traduction

Cymbaline

(Roger Waters)

The path you tread is narrow
And the drop is sheer and very high
The ravens all are watching
From a vantage point near by

Apprehension creeping
Like a tube train up your spine
Will the tight rope reach the end?
Will the final couplet rhyme?

And it’s high time, Cymbaline
It’s high time, Cymbaline
Please wake me

A butterfly with broken wings
Is falling by your side
The ravens all are closing in
There’s nowhere you can hide

Your manager and agent
Are both busy on the phone
Selling couloured photographs
To magazines back home

And it’s high time, Cymbaline
It’s high time, Cymbaline
Please wake me

The lines converging where you stand
They must have moved the picture plane
The leaves are heavy ‘round your feet
You hear the thunder of the train

Suddenly it strikes you
That they’re moving into range
And Doctor Strange is always changing size

And it’s high time, Cymbaline
It’s high time, Cymbaline
Please wake me

© 1969 Lupus Music Co. Ltd.

Cymbaline

Le chemin que tu empruntes est étroit
Et la pente est raide et très haute
Les corbeaux sont tous en train de guetter
Depuis un point de vue proche

L’appréhension monte
Comme un métro dans un tunnel le long de ton échine
La corde raide tiendra-t-elle bon ?
Le dernier couplet rimera-t-il ?

Et il est grand temps, Cymbaline
Il est grand temps, Cymbaline
S’il te plaît, réveille-moi

Un papillon aux ailes brisées
Tombe à tes côtés
Tous les corbeaux se rapprochent
Tu n’as nulle part où te cacher

Ton producteur et ton agent
Sont tous deux occupés au téléphone
À vendre des photos couleur
Pour ces magazines que tu retrouveras chez toi

Il est grand temps, Cymbaline
Il est grand temps, Cymbaline
S’il te plaît, réveille-moi

Les lignes convergeant vers toi
Ils ont dû modifier le plan
Les feuilles pèsent sur tes pieds
Tu entends le vrombissement du train

Soudain tu réalises
Qu’elles se rapprochent
Et Doctor Strange n’arrête pas de changer de taille

Il est grand temps, Cymbaline
Il est grand temps, Cymbaline
S’il te plaît, réveille-moi

Cymbaline

Cymbaline (ou Cymbeline) est une pièce de Shakespeare écrite en 1609. Cymbaline est un mythique roi breton, contemporain du Christ et de l’empereur Auguste, qui veut marier sa fille contre son gré. Cymbeline, indique Philippe Calvario, metteur en scène qui a monté la pièce en 2000 à Nanterre, « est un chaos, une pièce hybride qui marque le changement d’un millénaire : un monde de transition et de décadences. Elle demeure un mystère mais reste proche des contes de fées de notre enfance. Un des mystères reste l’ambiguïté de tous les personnages (masculins ? féminins ?) qui se retrouve déjà dans le titre (une consonance féminine pour un rôle masculin) et leur insatiable quête d’identité. »

Cymbeline est aussi une chanson de l’artiste canadienne Loreena MacKennitt, sur un poème de Shakespeare, dans son album The Visit (1991). On peut lire ce poème ici : http://www.xs4all.nl/~josvg/cits/lm/lorecd49.html, et entendre et voir Loreena l’interpréter ici : http://www.youtube.com/watch?v=xdDNd3Qc3wg&feature=related.

Doctor Strange

Docteur Strange - le maître des arts mystiques

Le Docteur Strange dont il est question dans Cymbaline est un héros de bandes-dessinées américaines (les Comics Marvel). À la différence des autres super-héros comme Spiderman, le Docteur Strange n’a pas vraiment de super-pouvoirs mais il est le seul à faire usage de pouvoirs mystiques et de la magie. La série portant son nom a débuté en 1963 pour se terminer en 1969, faute de ventes. Une deuxième série, Doctor Strange: Master of the Mystic Arts, vécut de 1974 à 1987. Il a également fait des apparitions dans des dizaines d’autres séries, mais son heure de gloire remonte aux années 60-70, lorsque Cymbaline a été écrite. Une planche de ses aventures a été utilisée par Storm Thorgerson pour servir de base au visuel de l’album A Saucerful of Secrets. (Voir From Dawn To The Moon, A Saucerful of Secrets, merci DarkWall)

Version album VS version cinéma

Cymbaline est légèrement différente d’une version à l’autre. Tout d’abord, sur la version de l’album c’est David Gilmour qui chante alors que dans la version cinéma il s’agit de Roger Waters. Les paroles du deuxième couplet subissent également un traitement différent :

Version de l’album :

Apprehension creeping
Like a tube train up your spine
Will the tight rope reach the end?
Will the final couplet rhyme?

Version du film :

Apprehension creeping
Like a tube train up your spine
Standing by with a book in his hand
It’s an easy word to rhyme

Nightmare

Avant de devenir Cymbaline, le morceau était déjà joué en concert sous le titre Nightmare. Cette pré-version faisait partie intégrante de la tournée conceptuelle The Man and the Journey qui a débuté le 14 avril 1969. L’album More est sorti 3 mois plus tard, le 27 juillet 1969.

Partitions

Intro : Am Em (x4)

Couplet : Dm Em (x4)

Refrain : F Bb F Bb Am Em

Avant reprise couplet : Am Em (x2)

Toutes les versions officielles

Cymbaline sur More

Pochette de More

  • Enregistrement : mars 1969 à Abbey Road Studios (Londres)
  • Durée : 4 min 50 s
  • Musiciens :
    • David Gilmour : chant, guitare acoustique
    • Nick Mason : batterie, congas
    • Roger Waters : basse Fender
    • Rick Wright : piano, orgue Farfisa
  • Navigation :

Meilleures versions bootleg

Sélection des meilleures versions live de Cymbaline :

Cymbaline sur Complete Concertgebouw

Version de 9 min 13 s enregistrée le 17 septembre 1969 au Concertgebouw d’Amsterdam (Pays-Bas). Elle apparaît ici sous le titre Nightmare. Excellente version, à la fois sobre et efficace. Le cri soutenu sur « hiiiigh » dans le dernier refrain est particulièrement vibrant !

Voir aussi

Liens externes



Commentaires



Auteurs de la page : manu (paroles, traduction, infos, mise en page), Stéphanie (traduction), Marion (traduction), Nicole (traduction), Blue Berry (partition), Meddler (bootlegs), Wulfnoth (bootlegs, navigation, mise en page).

Navigation


chronique des lecteurs

L'incident de Montréal

Les grands stades, le cracha de Roger Waters au visage d'un fan en délire et construction d'un mur entre lui et son public... hey Rog, WTF ?!


conseils musicaux

Robyn Hitchcock : I Often Dream of Trains

L'album que tout fan de Syd Barrett et de Psych rock se doit de connaître.


bibliographie

The Wind in the Willows

Le livre de Kenneth Grahame qui inspira Syd Barrett pour l'écriture du premier album de Pink Floyd, The Piper at the Gates of Dawn.


téléchargements

Cruel But Fair

Le meilleur show de 1975 ? C'est peut-être bien celui-là ! Enorme de bout en bout, avec une qualité sonore irréprochable en prime.

Propulsé par DokuWiki