Outils pour utilisateurs

Outils du site


chanson:dogs

Dogs

Dogs est une chanson de Pink Floyd sortie en 1977 sur l’album Animals. La musique est de Roger Waters et David Gilmour (Waters est crédité mais il a foutu que dalle). Les paroles sont de Roger Waters. On retrouve également ce morceau sous le titre You Gotta Be Crazy depuis 1974. Elle fut jouée live à maintes reprises et a finalement été retravaillée pour devenir Dogs sur Animals.

Paroles et traduction

Dogs

You gotta be crazy, you gotta have a real need.
You gotta sleep on your toes, and when you’re on the street,
You gotta be able to pick out the easy meat with your eyes closed.
And then moving in silently, down wind and out of sight,
You gotta strike when the moment is right without thinking.

And after a while, you can work on points for style.
Like the club tie, and the firm handshake,
A certain look in the eye and an easy smile.
You have to be trusted by the people that you lie to,
So that when they turn their backs on you,
You’ll get the chance to put the knife in.

You gotta keep one eye looking over your shoulder.
You know it’s going to get harder, and harder, and harder as you get older.
And in the end you’ll pack up and fly down south,
Hide your head in the sand,
Just another sad old man,
All alone and dying of cancer.

And when you loose control, you’ll reap the harvest you have sown.
And as the fear grows, the bad blood slows and turns to stone.
And it’s too late to lose the weight you used to need to throw around.
So have a good drown, as you go down, all alone,
Dragged down by the stone.

I gotta admit that I’m a little bit confused.
Sometimes it seems to me as if I’m just being used.
Gotta stay awake, gotta try and shake off this creeping malaise.
If I don’t stand my own ground, how can I find my way out of this maze ?

Deaf, dumb, and blind, you just keep on pretending
That everyone’s expendable and no-one has a real friend.
And it seems to you the thing to do would be to isolate the winner
And everything’s done under the sun,
And you believe at heart, everyone’s a killer.

Who was born in a house full of pain.
Who was trained not to spit in the fan.
Who was told what to do by the man.
Who was broken by trained personnel.
Who was fitted with collar and chain.
Who was given a seat in the stand.
Who was breaking away from the pack.
Who was only a stranger at home.
Who was ground down in the end.
Who was found dead on the phone.
Who was dragged down by the stone.

© 1977 Pink Floyd Music Publishers Inc. (BMI)

Les chiens

T’es p’t’être fou, tu dois avoir un vrai besoin.
Faut qu’tu dormes debout, et quand t’es dans la rue,
Repères les proies faciles Les yeux fermés.
Puis t’approcher sans bruit, le vent dans le dos et hors de vue.
Frappe au moment propice. Sans réfléchir.

Et après, tu peux travailler ton style.
Aie la cravate du club et la poigne bien ferme,
Le regard franc et le sourire facile.
Tu dois gagner la confiance des gens à qui tu ments,
Ainsi, dès qu’ils te tourneront le dos,
Tu pourras les poignarder.

Assure toujours tes arrières.
Tu sais que ça va se corser
Se corser avec le temps.
Et à la fin tu t’casseras dans le sud,
Te cacher la tête dans le sable.
Juste un autre vieillard,
Seul et crevant du cancer.

Et quand tu perdras les pédales,
Tu récolteras ce que tu as semé.
Puis la peur grandira,
Et le mauvais sang se glacera.
Alors il sera trop tard pour se débarrasser de ce fardeau.
Toi qui en avais pourtant le besoin.
Fais bon voyage, seul,
Pendant ta descente aux enfers.

Je dois admettre que je suis quelque peu confus.
J’ai parfois l’impression de n’être qu’un pantin.
Faut rester éveillé, essayer d’expulser ce malaise qui me ronge.
Si je ne tiens plus sur mes jambes,
Comment trouver mon propre chemin pour sortir de ce labyrinthe ?

Sourd, muet et aveugle, tu prétends encore
Que personne n’est indispensable et que nul n’a de véritable ami.
Et il te semble que la meilleure chose à faire Serait d’isoler le vainqueur.
Et y’a rien de neuf sous le soleil.
Et tu es persuadé qu’en chaque homme il y a un tueur.

Qui est né dans une maison pleine de souffrance.
Qui a appris à ne pas cracher dans la soupe.
Qui s’est fait dicter sa conduite.
Qui s’est fait briser par le personnel qualifié.
Qui s’est fait castrer par une laisse et une chaine.
Qui s’est fait encourager. Qui sortait de la masse.
Qui était même étranger chez lui.
Qui a été rabaissé plus bas que terre.
Qu’on a retrouvé mort à côté du téléphone,
Qu’on a entraîné vers le fond.

Toutes les versions officielles

Dogs sur Animals

Pochette de Animals

  • Enregistrement : 1977
  • Durée : 17 min 4 s
  • Musiciens :
    • David Gilmour : chant, guitare acoustique, guitare électrique, vocoder
    • Nick Mason : batterie, percussions, vocoder
    • Roger Waters : basse, chant, vocoder, effets sonores
    • Rick Wright : piano, orgue, synthétiseur, chœurs
  • Navigation :

Pigs on the Wing, Part 1, sur In the Flesh

Pochette d'In the Flesh

Meilleures versions bootlegs

Sélection des meilleures versions bootleg de Dogs :

Dogs sur Echoes in the Gardens

Version de 13 min 30 s enregistrée le 18 juin 1975 à Boston (États-Unis). Elle apparaît ici sous le nom de « You Gotta Be Crazy ». Le son est parfait et Gilmour est en grande forme !



Auteurs de la page : manu (paroles, traduction, infos, mise en page), Stéphanie (traduction), Nicole (traduction), Marion (traduction), Wulfnoth (navigation, mise en page), Azro76 (bootlegs).

chanson/dogs.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 12:35 (modification externe)