Outils pour utilisateurs

Outils du site


chanson:pigs-three-different-ones

Pigs (Three Different Ones)

Pigs (Three Different Ones) est une chanson de Pink Floyd sortie en 1977 sur l’album Animals. Paroles et musique sont de Roger Waters.

Paroles et traduction

Pigs (Three Different Ones)

Big man, pig man, ha ha charade you are
You well heeled big wheel, ha ha charade you are
And when your hand is on your heart
You’re nearly a good laugh
Almost a joker
With your head down in the pig bin
Saying “Keep on digging”
Pig stain on your fat chin
What do you hope to find
When you’re down in the pig mine
You’re nearly a laugh
You’re nearly a laugh
But you’re really a cry

Bus stop rat bag, ha ha charade you are
You fucked up old hag, ha ha charade you are
You radiate cold shafts of broken glass
You’re nearly a good laugh
Almost worth a quick grin
You like the feel of steel
You’re hot stuff with a hat pin
And good fun with a hand gun
You’re nearly a laugh
You’re nearly a laugh
But you’re really a cry

Hey you, Whitehouse, ha ha charade you are
You house proud town mouse, ha ha charade you are
You’re tying to keep our feelings off the street
You’re nearly a real treat
All tight lips and cold feet
And do you feel abused?
You gotta stem the evil tide
And keep it all on the inside
Mary you’re nearly a treat
Mary you’re nearly a treat
But you’re really a cry

© 1977 Pink Floyd Music Publishers Inc. (BMI)

Les porcs (la bande des trois)

Ah ah, grosse pointure, gros porc qui se fait son cinéma !
Ah ah, toi ! La grosse tête qui se fait son cinéma !
Quand tu poses la main sur ton cœur,
Tu m’fais bien marrer
Presque autant qu’un clown.
La tête dans l’abreuvoir,
Tu te dis « continue de t’enfoncer » !
Ton menton bien gras rappelle celui d’un porc.
Qu’espères-tu trouver
Au fin fond de la porcherie ?
Tu m’fais bien marrer.
Tu m’fais bien marrer,
Mais en réalité t’es vraiment à pleurer.

Ah ah, terminus, sale vermine qui se fait son cinéma !
Ah ah, putain de vieille peau qui se fait son cinéma !
Tu irradies les éclats froids du verre brisé.
Tu m’fais bien marrer.
Ça vaut presque un rire en coin.
T’aimes la sensation du métal hein ?
T’es d’la bombe avec ta parure à chapeau
Et t’es mignonne avec ton flingue à la main.
Tu m’fais bien marrer.
Tu m’fais bien marrer,
Mais en réalité t’es vraiment à pleurer.

Ah ah, hé toi, la Whitehouse qui se fait son cinéma !
Ah ah, toi la fière vermine urbaine qui se fait son cinéma !
T’essaies de foutre nos sentiments au placard.
T’es presque une bonne affaire.
Les lèvres scellées, découragée,
Te sens-tu trahie ?
Tu dois vaincre le courant démoniaque
Et garder tout ça pour toi.
T’es presque une bonne affaire, Mary.
T’es presque une bonne affaire, Mary,
Mais en réalité t’es vraiment à pleurer.

Margaret Thatcher

La ligne « You like the feel of steel », comme le reste du couplet, est une référence à Margaret Thatcher, souvent surnommée « la dame de fer » (Iron Lady en anglais).

Margaret Thatcher est une femme politique britannique, née le 13 octobre 1925. À ce jour, elle est la seule femme à avoir été Premier ministre du Royaume-Uni, ce pendant près de onze années (1979 – 1990), un record au XXe siècle. Le moins que l’on puisse dire est qu’il s’agit d’une figure très contestée, saluée par certains et conspuée par d’autres. Sa politique très déterminée et radicale, fondée sur le libéralisme et la défense de la souveraineté britannique (eurosceptisme, guerre des Malouines) lui valut le surnom de « Dame de Fer » (Iron Lady).

Elle fut la bête noire de bon nombre de musiciens, dont notre Renaud national, qui la fustige dans son joli pamphlet Miss Maggie (album Mistral gagnant, 1985), et Roger Waters, qui la cite nommément dans les paroles de plusieurs titres de l’album The Final Cut (1983) et dans le livret de son album solo Radio KAOS (1987).

Mary Whitehouse

Le terme « Whitehouse » dans le vers « Hey you, Whitehouse, ha ha charade you are » ne fait pas référence, comme certains l’ont cru à la sortie de l’album, à la Maison Blanche (« White House » en anglais), mais à la militante britannique Mary Whitehouse (1910-2001).

Portrait de Mary Whitehouse

Née le 13 juin 1910, Mary Whitehouse militait pour le retour à l’ordre moral et l’éducation dure à l’anglaise. Elle fut professeur d’art jusqu’en 1953, dispensant à l’heure du déjeuner des cours d’éducation sexuelle fondée sur la chasteté avant le mariage et la fidélité ensuite 1). Elle était surnommée la « Madame propre » de la télévision britannique pour sa lutte contre le sexe et la violence sur les écrans. Elle fut ridiculisée dans une série télévisée de la BBC qui portait son nom, L’expérience de Mary Whitehouse. Elle a d’ailleurs accusé le directeur de la BBC, Hugue Greene, d’être à l’origine de la décadence de la société britannique.

En 1965, elle crée l’Association nationale des spectateurs et auditeurs pour obtenir plus de contrôles des programmes et un renforcement de la législation permettant de poursuivre en justice les producteurs jugés « immoraux ». Elle avait tenté, en vain, de faire interdire des films comme Orange mécanique ou Le dernier tango à Paris et s’était attaquée à des séries télé comme Benny Hill. On lui doit la loi sur la protection des enfants de 1978 après une campagne contre l’exploitation sexuelle des enfants. Elle dénonça sans relâche la « technique d’attaque au goutte à goutte » des valeurs chrétiennes qu’elle défend. En 1980, elle a été élevée au rang prestigieux de Commandant de l’Empire britannique. Elle est morte le 23 novembre 2001 à l’âge de 91 ans.

Toutes les versions officielles

Pigs (Three Different Ones) sur Animals

Pochette de Animals

  • Enregistrement : avril-mai 1976 aux studios Britannia Row, Islington, Royaume-Uni
  • Durée : 11 min 28 s
  • Musiciens :
    • David Gilmour : guitare électrique, talkbox
    • Nick Mason : batterie
    • Roger Waters : chant, basse
    • Rick Wright : orgue Hammond, synthétiseur ARP
  • Navigation :
    • Pink Floyd – Animals (1977)
      • 2. Dogs
      • 3. Pigs (Three Different Ones)
      • 4. Sheep

Meilleures versions bootleg

Sélection des meilleures versions live de Pigs (Three Different Ones) :

Pigs (Three Different Ones) sur Who Was Trained not to Spit on the Fan

Mythique version de 19 min 39 s enregistrée le 6 juillet 1977 au Stade Olympique de Montréal. C’est pendant ce morceau (après 17 minutes) que Roger Waters appelle un fan pour qu’il monte sur scène et lui crache au visage. Comme chacun sait, c’est cet évènement qui déclenchera l’écriture de The Wall. Importance historique énorme donc (à ce qu’on dit, le glaviot aussi était imposant X-D ). Et musicalement, ça déménage ! Peut-être bien la version ultime de Pigs (Three Different Ones). Il existe un même bootleg de ce concert qui s’appelle “The Azimuth Coordinator Part 2 - All Is Forgiven” où la qualité de son est peut-être meilleure.

Partitions

Transcription de Ptitesioux

[ Em - C - G ]

[ G - F#m - Em ]

[ C - G ]

[ Am - D ]

[ Em - C ]



Auteurs de la page : manu (paroles, traduction, infos, bootlegs, mise en page), Stéphanie (traduction), Nicole (traduction), Marion (traduction), PtiteSioux (partitions), Wulfnoth (Margaret Thatcher, navigation, mise en page), Meddler (bootlegs), Walmour (bootlegs), Floyder (note Mary Whitehouse), Chimaï.

1)
Note pour Walmour : Mary était donc PURE XD
chanson/pigs-three-different-ones.txt · Dernière modification: 22/04/2013 à 09:07 par the-dark-wall