Outils pour utilisateurs

Outils du site


from-dawn-to-the-moon:grantchester-meadows

Grantchester Meadows

Inclus : Several Species of Small Furry Animals Gathered Together in a Cave and Grooving With a Pict

(Auteur : Roger Waters)

Dans le cadre du challenge que, en vue de l’album Ummagumma, se sont lancé les quatre membres de Pink Floyd « chacun fait son truc dans son coin, et on en fait un disque », Roger Waters livre son opus : une balade pastorale acoustique. Mais il triche un peu : comme sa chanson n’atteint pas les dix minutes auxquelles il a droit comme les autres, il lui ajoute un collage sonore surprenant.

Captain Waters est heureux

En cette année 1969, Roger Waters semble heureux et serein. Après le départ de Syd Barrett, il a pris le contrôle du groupe, sans putsch, mais plutôt par défaut, aucun des trois autres membres ne se sentant l’âme d’un leader. Et ça lui a plutôt bien réussi : Pink Floyd voit désormais sa notoriété grandir de jour en jour, ainsi que sa crédibilité artistique. Son deuxième album A Saucerful of Secrets jette les nouvelles bases du rock progressif, et Barbet Schroeder a passé au quatuor la commande de la BO de son premier film More dont l’album sort au printemps de cette année-là.

Au même moment, Pink Floyd illustre, pour la télé, les premiers pas de l’Homme sur la Lune. Bref, tout baigne, alors que le groupe ignore encore qu’il va recevoir, pour cet album à venir, le grand prix de l’Académie Charles Cros.

L’avenir s’annonce plutôt rose pour le Floyd de la même couleur. C’est un peu de ce climat de sérénité que nous transmet Waters à travers son Grantchester Meadows. Ces « prairies de Grantchester », baignées par la rivière Cam, tout près de Cambridge (littéralement « Pont-sur-Cam »), sont pour lui comme un havre de paix, de ressourcement. Il s’y adonne à la contemplation du spectacle renouvelé de la Nature : « aboiements lointains de renard », « éclair métallique bleuté du martin-pêcheur qui plonge dans la rivière de verdure », « farniente au milieu des boutons d’or » …
Alors, nirvana new-age et cocooning version écolo ?

Dans ce ciel sans nuage, Waters n’a pu s’empêcher cependant, dès le premier vers, d’avertir le « vent glacé de la nuit » qu’il n’a rien à faire ici. Comme si, justement, il craignait de voir de lourds nuages venir détruire cette sérénité qu’il sent, et nous avec lui, fragile. Un peu plus loin, il évoque le « silence de mort » qui l’entoure. Pas si serein que ça, donc, Captain Waters.

Aussi, c’est comme un enfant tenant un moineau blessé dans ses mains comme un trésor, que Waters va ramener dans sa « chambre citadine « tous ces « sons de la veille » pour s’en souvenir, tout en « lézardant au soleil d’un après-midi sans fin ». Grantchester Meadows, c’est un tableau impressionniste, genre Le Déjeuner des Canotiers de Renoir, qui respire une certaine douceur de vivre. On peut y voir aussi la version pop du Dimanche au bord de l’eau de Gabin… La filiation logique de cette pièce se trouvera dans Atom Heart Mother, sous la plume de David Gilmour : c’est Fat Old Sun.

Les paroles et leur traduction sont .

Un rassemblement de curieuses bestioles...

Seul un accompagnement musical minimaliste peut habiller les vers bucoliques de Waters. Deux guitares acoustiques, auxquelles s’adjoindra, lors des concerts, l’orgue de Wright pour les improvisations instrumentales entre les couplets. Ceux-ci sont chantés par Waters lui-même, qui confie le refrain à Gilmour. Nick Mason, lui, va écluser un godet en coulisses…

Mais quelle sorte d’herbe a donc fumé Waters dans ses vertes prairies ? Pour compléter son temps alloué, il fait suivre sa balade champêtre par un hallucinant collage sonore de bandes en accéléré, passées à l’envers et triturées de mille manières. Cela porte un titre à rallonge dont les derniers mots sons assez énigmatiques : Several Species of Small Furry Animals Gathered Together in a Cave and Grooving With a Pict qui peut se traduire par « Plusieurs espèces de petits animaux à fourrure rassemblés dans une grotte et – là, deux options différentes – gravant avec un burin – ou bien – radotant avec un Pict ».

Les Picts, nous apprend Jean-Michel Oullion dans Pink Floyd, une épopée cosmique (MusicBook 2003), sont un peuple d’Écosse révoltés à l’époque de Marie Stuart. Peut-être s’agit-il de lointains cousins de nos Pictons du Poitou ? Le titre, pendant lequel nous assistons, en stéréo, à la poursuite d’une mouche, puis, après deux ou trois vaines tentatives, son écrabouillage par une tapette vigoureuse, se termine par une imprécation de Waters, aux accents de Hitler à Nüremberg, en pseudo-écossais aussi parfaitement incompréhensible qu’hilarant. Waters réitèrera ce genre d’imprécations dans certaines versions publiques de Careful With That Axe Eugene.

Les paroles (si l’on peut dire) et leur tentative de traduction sont .

Les prairies sur la scène

En public, dès mai 1969, Grantchester Meadows sera d’abord incorporée à la suite The Man dont elle constituera, sous le titre Daybreak (« Lever du jour »), l’introduction, jusqu’au début de 1970. Puis le titre disparaît du répertoire scénique du Floyd pendant quelques mois, et réapparaît en avril pour deux mois. Il est alors joué de façon indépendante, ou, assez souvent, précédant Astronomy Dominé sans transition. Grantchester Meadows disparaît ensuite définitivement du répertoire de scène de Pink Floyd.

Grantchester records

Dans la discographie officielle de Pink Floyd, Grantchester Meadows ne figure que sur Ummagumma (partie en studio), sorti en novembre 1969. Several Species of Small Furry Animals… se trouve aussi dans la compilation Works parue en 1983.


« Biding My Time | Sommaire | Cymbaline »



Auteur de la page : Blue Berry.

from-dawn-to-the-moon/grantchester-meadows.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 13:36 (modification externe)