Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil From Dawn to the Moon

The Grand Vizier's Garden Party

(Auteur : Nick Mason)

Dans toute l’œuvre de Pink Floyd, Nick Mason n’aura signé seul que trois titres : Party Sequence dans More, Speak to Me dans The Dark Side of the Moon, et cette Grand Vizier’s Garden Party qui représente sa contribution en solo à l’album en studio d’Ummagumma.

Des percussions très soft

Une phrase de flûte, très mélodique et un brin mélancolique, jouée par Lindy, épouse de Nick Mason, ouvre et clôt (en canon) cette fête que donne le grand vizir en ses jardins. Entre les deux, le batteur tisse des ambiances étranges et aériennes sur ses peaux.

Roulements, grondements, glissements, Mason bâtit une sorte d’architecture sonore avec pour seuls matériaux ses baguettes, ses balais et ses caisses, auxquelles il ajoute avec parcimonie des cymbales, gong et woodblocks, en plus de quelques sons invraisemblables certainement sortis des claviers de Wright. Ce n’est pas tonitruant comme le sont souvent les solos de batterie en public, qui permettent au reste du groupe d’aller boire un coup en coulisse pendant ce temps. L’on remarquera qu’un batteur partage avec le dromadaire d’être d’une sobriété légendaire. Sur scène, du moins.

Nick Mason reconnaissait être à cette époque très influencé par le musicien asiatique Stomu Yamashta qui présentait sur scène un spectacle hors du commun. Mais à moins d’être, comme lui, un vrai mordu de l’instrument, il est difficile de se passionner pour un solo de batterie. Question, sans doute, de culture et d’éducation… Il reste que Nick Mason et son grand vizir nous emmènent vers des rivages musicaux inhabituels et intéressants, à défaut d’être passionnants.
Le grand vizir ne donnera jamais sa fête sur scène. Nick Mason se contentera de jouer un court solo qui s’en rapproche dans la suite The Man, juste entre Doing It et Sleeping.

Discographie

Dans la discographie officielle de Pink Floyd, The Grand Vizier’s Garden Party ne figure que sur Ummagumma (partie en studio), sorti en novembre 1969.


« Sysyphus | Sommaire | The Journey »



Auteur de la page : Blue Berry.

Navigation


presse & médias

A Pig's Tale

Roger Waters retrace l'histoire de l'accessoire le plus légendaire du rock : du premier cochon fabriqué en décembre 1976 et qui s'appelait Algie, jusqu'à l'échappée belle de celui du concert de Coachella en 2008. Toute une histoire !


presse & médias

Set the Controls for the Heart of the Floyd

Une longue interview de Roger Waters dans laquelle... ça balance ! Et l'interviewer d'UNCUT ne mache pas ses mots non plus.


presse & médias

Fables of the Reconstruction

1994. David Gilmour, Nick Mason, Rick Wright et Peter Jenner sont autour d'une table pour se remémorer la créative maturation de 12 albums du Floyd. Immanquable.


téléchargements

The Great Gig in Boblingen

1972 : la meilleure version de Careful with that Axe, Eugene de tous les temps est accouchée, tout simplement démoniaque.

Propulsé par DokuWiki