Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Chansons de Pink Floyd

Echoes

Echoes est une chanson de Pink Floyd sortie en 1971 sur l’album Meddle. La musique et les paroles sont de Nicky, Gigi, Wawa et Ricky. On retrouve également ce morceau sous les titres Looking Through the Knotholes in Granny’s Wooden Leg et The Return of the Son of Nothing (ou, plus simplement, The Son of Nothing ou Nothing).

Paroles et traduction

Echoes

Overhead the albatros hangs motionless upon the air
And deep beneath the rolling waves
In labyrinths of coral caves
The echo of a distant tide
Comes willowing across the sand
And everything is green and submarine

And no one showed us to the land
And no one knows the wheres or why
But something stirs and something tries
And starts to climb towards the light

Strangers passing in the street
By chance two separate glances meet
And I am you and what I see is me
And do I take you by the hand
And lead you through the land
And help me understand the best I can

And no-one calls us to move on
And no-one forces down our eyes
And no-one speaks and no-one tries
And no-one flies around the sun

Cloudless everyday you fall upon my waking eyes
Inviting and inciting me to rise
And through the window in the wall
Come streaming in on sunlight wings
A million bright ambassadors of morning

And no-one sings me lullabies
And no-one makes me close my eyes
And so I throw the windows wide
And call to you across the sky

© 1971 Pink Floyd Music Publishers Inc. (BMI)

Échos

Immobile, l’albatros surplombe les airs
Et sous les vagues déferlantes,
Dans les dédales des récifs de corail,
L’écho d’une marée lointaine
Résonne à travers le sable
Et tout est verdoyant, sous-marin

Et personne ne nous a montré ce royaume
Et personne ne sait où ni pourquoi
Mais quelque chose remue et s’agite
Et amorce son ascension vers la lumière

Des étrangers passent dans la rue
Par hasard, deux regards se croisent
Et je suis toi et je me vois en toi.
Devrais-je te prendre par la main
Et te guider à travers le royaume
Et m’aider à comprendre de mon mieux

Et personne ne nous demande de partir
Et personne ne nous force à baisser les yeux
Et personne ne parle ni même n’essaie
Et personne ne vole autour du soleil

Chaque jour sans nuage te guide vers mes yeux endormis
M’invitant et m’incitant à me lever
Et à travers cette fenêtre
Viennent sur leurs ailes de lumière
Un million d’ambassadeurs incandescents du matin

Et personne ne me chante de berceuse
Et personne ne me force à fermer les yeux
Alors j’ouvre grand la fenêtre
Et je t’appelle par delà le ciel

Paroles alternatives ?

Avant de sortir en disque, Echoes était déjà jouée en concert mais avec des paroles différentes. Les trois premiers vers évoquaient des planètes qui se rencontrent, un voyage dans l’espace… Rien à voir avec les paroles que l’on connait et leur monde sous-marin. Les paroles exactes ne sont malheureusement pas connues, mais il existe un certain nombre de tentatives de transcriptions à partir d’enregistrements live. Voici un assemblage de toutes ces transcriptions, sans les redondances.

Concert du 5 juin 1971 à Berlin

Planets sitting face to face
Sun to the air and land how sweet 1
In every single lighting place 2
The planet here in dreaming space 3

Perfect night this was so grand 4
And give us leave to share as one
Our two lights in the land
For one light can

And in that coming to the one
The parting sighs sound as one
I see you’ve got to travel on
And on and on around the sun.

Transcription : bear et Gerhard den Hollander.

Concert du 20 juin 1971 à Rome

Planets meeting face to face
Bound to the air of life, how sweet! 5
If purposely we might embrace 6
The perfect union deep in space

And ever might this once relent
And give us leave to shine as one
Our two lights shining better 7
Than one light can

And in that longing to be one
The parting suns shine as one 8
I’ll see you’ve got to travel on
And on and on, around the sun

Transcription : Echoes FAQ et Ray O'Hara.

Citations

Echoes était mon idée. Toute la partie de piano au début est de moi, la progression d’accords tout au long du morceau aussi. J’ai donc contribué à une bonne partie du morceau. Mais cela a été crédité à d’autres personnes évidemment… Et, évidemment, Roger a écrit les paroles.

— Rick Wright, Mojo Magazine, décembre 2008

2001 : l'odyssée de l'espace

2001, l'odyssée de l'espace est un film de Stanley Kubrick sorti en salles en 1968, juste avant la conquête lunaire. Son dernier « mouvement », Jupiter and Beyond the Infinite, a la particularité de se synchroniser avec Echoes ! La synchronisation est tellement parfaite qu’on en vient à se demander si ce n’est pas intentionnel !

Pour faire la synchronisation chez vous :

  1. lancez Echoes et faites pause juste avant la première note de piano de Rick Wright
  2. lancez 2001 l’Odyssée de l’Espace et faites pause juste avant que l’intertitre Jupiter and Beyond the Infinite ne s’affiche
  3. lancez la lecture des deux au même moment : vous voilà parti pour un voyage extraordinaire !

Ce qui vous donnera ceci :

Le greffon Adobe Flash est nécessaire pour afficher ce contenu.

Toutes les versions officielles

Echoes sur Meddle

Pochette de Meddle

  • Enregistrement : 1971
  • Durée : 23 min 27 s
  • Musiciens :
    • Rick Wright : claviers, effets sonores, chant
    • David Gilmour : chant, guitares, synthétiseur, effets sonores, basse fretless
    • Roger Waters : basse, effets sonores
    • Nick Mason : batterie, percussions, effets sonores
  • Navigation :
    • Pink Floyd – Meddle (1971)
      • 5. Seamus – 2 min 15 s
      • 6. Echoes – 23 min 27 s

Echoes sur Live at Pompeii

Sans doute une des plus belles interprétations d’Echoes. Le groupe prend son temps pour développer les différents thèmes, l’intro est exposée sans hâte, le final n’en finit plus de s’évanouir avec son dialogue guitare-piano, et entre les deux, c’est plus de 20 min de grande musique, très vivante.

  • Enregistrement : octobre 1971, Arène de Pompeii
  • Durée : environ 25 min
  • Musiciens :
    • Rick Wright
    • David Gilmour
    • Roger Waters
    • Nick Mason

Echoes sur Echoes: The Best of Pink Floyd

Pochette de Echoes: The Best of Pink Floyd

Meilleures versions bootleg

Sélection des meilleures versions live d’Echoes :

Echoes sur Bowl De Luna

Version enregistrée en 1972 à l’Hollywood Bowl avec de très bons solos de Gilmour. L’abscence de saxophone ravira les puristes.

Echoes sur BBC Archives 70-71

Superbe version de 26 min 29 s enregistrée par la BBC avec, comme on pouvait s’en douter, une qualité sonore irréprochable. L’interprétation n’est pas en reste, avec une partie « mouettes » très réussie, le reste étant sobre à souhait. Une des rares versions bootleg à pouvoir rivaliser avec la plus-que-parfaite version de Pompéi.

Partitions

Transcription de Blue Berry

Parties chantées :

[ C#m - G#m - F#m - G#7 ] (x 2)

[ C# - G# - F#m - G#7 - A ]

Transcription de Ptitesioux

Prélude :

[ F#m - C# ]

[ Bbm - A - Absus4 - Ab ]

[ C#m - G#m - F#m - G# ] (x2)

[ C# - G# - F#m - G# - A ]

[ C#m - A ] (x3)

[ E - B - C ]

Voir aussi

Liens externes



Auteurs de la page : manu (paroles, traduction, infos, bootlegs, mise en page), Stéphanie (traduction), Marion (traduction), Nicole (traduction), Blue Berry (partitions), PtiteSioux (partitions), Wulfnoth (navigation, mise en page), Nova Lepidoptera (bootlegs), Azro76 (bootlegs), Walmour (bootlegs), Julien Gilmour (lien vidéo).

1 Ou « Bound to the air of life, how sweet »
2 Ou « fighting »
3 Ou bien « The planet here is deep in space »
4 Ou « Echoes might this once were land »
5 Ou « While do they ever cry how sweet »
6 Ou « But friendlessly we might embrace »
7 Ou « But you light here for ever »
8 Ou « Departing summer sound his drum »

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


téléchargements

The Band Who Ate Asteroids For Breakfast

Un Fat Old Sun de 16 minutes, un A Saucerful of Secrets de 25 minutes et un final somptueux avec un Atom Heart Mother de 32 minutes... putain la claque !


conseils musicaux

Playlist Meilleures reprises

D'Hendrix qui tua Dylan à coups d'All Along the Watchtower aux reprises inavouées de Led Zeppelin, tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi !

Propulsé par DokuWiki