Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Chansons de Pink Floyd

A Saucerful of Secrets

A Saucerful of Secrets est une chanson de Pink Floyd sortie en 1968 sur l’album A Saucerful of Secrets. C’est une composition collective de Waters/Wright/Mason/Gilmour. On la croise parfois sous le titre The Massed Gadgets of Hercules ou son final seul (Celestial Voices) sous le titre The End of the Beginning ou .

Sommaire de la page :

Toutes les versions officielles

A Saucerful of Secrets sur... A Saucerful of Secrets

Pochette d'A Saucerful of Secrets

  • Enregistrement : avril 1968 à Abbey Road, Studio n°3, Londres, Angleterre
  • Durée : 12 min
  • Musiciens :
    • David Gilmour : chant, guitare
    • Nick Mason : batterie, percussions
    • Roger Waters : basse
    • Rick Wright : orgue Farfisa et Hammond, piano
  • Navigation :

A Saucerful of Secrets sur Ummagumma

Pochette d'Ummagumma

A Saucerful of Secrets sur le Live at Pompeii

  • Enregistrement : dans l’amphithéâtre antique de Pompei en octobre 1971. Version courte et un peu bâclée.
  • Durée : 9 min 41 s
  • Musiciens :
    • David Gilmour : chant, guitare
    • Nick Mason : batterie
    • Roger Waters : basse, gong, cymbales
    • Rick Wright : orgue Farfisa
  • Navigation :

Les meilleures versions bootleg

A Saucerful of Secrets sur Top Gear P.1

C’est une des toute premières présentations publiques du titre, encore à l’état d’esquisse. Cette version, présentée le 1968-06-28 à la BBC, dans l’émission Top Gear de John Peel, sous le titre The Massed Gadgets Of Hercules, courte et concise (moins de 7 mn), est néanmoins déjà un beau bébé dans lequel est en germe tout le futur grand morceau que nous connaissons. Cette version est très attachante pour cette raison.

A Saucerful of Secrets sur Royal Albert Hall (1st gen)

Version de 9 min 24 s, enregistrée le 26 juin 1969 au Royal Albert Hall, Londres. Elle apparaît ici sous le titre The End of the Beginning et correspond à la partie Celestial Voices d’A Saucerful Of Secrets. Avec le thème repris 9 fois, avec chœurs et cuivres, cette version est tout simplement féérique !

A Saucerful of Secrets sur Complete Concertgebouw

Version de 6 min 34 s, enregistrée le 17 septembre 1969 au Concertgebouw d’Amsterdam. Elle apparaît ici sous le titre The End of the Beginning et correspond aux parties Storm Signal et Celestial Voices d’A Saucerful of Secrets. Une version de qualité, avec un son digne d’un officiel, même si certains lui préfèrent celle du Royal Albert Hall.

A Saucerful of Secrets sur Electric Factory

Version de 19 min 40 s (!), enregistrée le 26 septembre 1970 à l’Electric Factory. Le son est bon (sans être exceptionnel), l’interprétation est superbe – tellement fournie en improvisations que la durée est presque doublée par rapport à la version studio ! Énorme.

A Saucerful Of Secrets sur Bovine Psychosis

Très belle version dans laquelle Gilmour donne le meilleur de lui-même sur, entre autres, son chorus vocal final. Ce boot du 23 octobre 1970, à Santa Monica, est le même que ceux connus sous les noms 1970-10-23 - Santa Monica et Sing To Me Cymbaline

A Saucerful of Secrets sur Amsterdam '71 Remaster

Version de 17 min 46 s, enregistrée le 26 juin 1971 à Amsterdam. Tous ceux qui l’ont écoutée sont encore sous le choc : une vraie petite merveille ! Elle se caractérise notamment par un chorus vocal de Gilmour légèrement différent d’à l’accoutumée.

A Saucerful of Secrets sur The Band Who Ate Asteroids For Breakfast

Une version exceptionnelle de plus de 25 minutes (!!) enregistrée le 3 avril 1971 à Rotterdam. Décidément, les Pays-Bas inspirent les musiciens qui prennent tout leur temps pour construire cette cathédrale sonore. Le final ne comporte pas moins de sept reprises du thème d’orgue. C’est vraisemblablement la plus longue version de ce morceau présentée par Pink Floyd. Ce bootleg existe aussi sous le titre “Ahoy Rotterdam”, et fait partie des indispensables.

Reprises

Le groupe EXP a fait une reprise d’A Saucerful of Secrets sur la compilation A Saucerful of Pink: A Tribute to Pink Floyd parue en 1995. Moyen… Ce n’est pas la pire reprise de cet album.

Paroles et traduction

A Saucerful of Secrets

(Waters, Wright, Mason, Gilmour)

(Instrumental)

  1. Something Else – avant 3 min 56 s
  2. Syncopated Pandemonium – de 3 min 56 s à 7 min 8 s
  3. Storm Signal (parfois à peine esquissé) – de 7 min 8 s à 10 min 4 s
  4. Celestial Voices – après 10 min 4 s

© 1968 Lupus Music Co. Ltd.

Une Soucoupe pleine de secrets

(Instrumental)

  1. Quelque chose d’autre
  2. Pandémonium syncopé
  3. Signe de tempête
  4. Voix célestes

Partitions

Transcription de Blue Berry

Partie coda « Celestial voices »

Prélude

Bm Gm7 Bm Gm7

Thème

Bm A E F# / D G / E A / F# Bm / G F# Em D / F# F#7.
En fin de dernière reprise : B (tierce picarde)

À la guitare, on peut le jouer un ton en dessous en mettant un capodastre en deuxième case, ça donne plus de possibilités pour faire des trucs rigolos en picking avec la main gauche. Ça donne ça :

Am G D E / C F / D G / E Am / F E Dm C / E E7.
En fin de dernière reprise : A Le prélude est alors : Am Fm7 Am Fm7

Voir aussi



Auteurs de la page : manu (paroles, traduction, infos, mise en page), Marion (traduction), Blue Berry (bootlegs, partitions), Psychedelic (bootlegs), Meddler (bootlegs). +

Navigation


dossiers

From Dawn to the Moon

Étude inédite de l'œuvre de Pink Floyd dans son « âge d'or » à travers son répertoire scénique de l'époque.


téléchargements

Electric Factory

Concert de Pink Floyd en 1970 avec des interprétations hallucinantes d'Interstellar Overdrive et d'A Saucerful of Secrets !


chronique des lecteurs

The Pros and Cons of The Pros and Cons of Hitch Hiking

Chronique de l'album de Roger Waters qui aurait très bien pu sortir en lieu et place de The Wall, en 1979.


conseils musicaux

Le Krautrock

Derrière ce mot barbare se cache le rock expérimental allemand des années soixante-dix, une scène singulière, à l’écart des canons anglo-américains.

Propulsé par DokuWiki