Outils pour utilisateurs

Outils du site


album:the-final-cut

The Final Cut

The Final Cut (« Le clap de fin » en français) est le premier album solo de Roger Waters un album “écrit et composé par Roger Waters et joué par Pink Floyd” sorti en 1983. Il est dédié à Eric Fletcher Waters, le père de Roger Waters, mort en 1944 à Anzio. Premier album sans Richard Wright (licencié sous la pression de Roger Waters), il ne sera jamais joué sur scène par Pink Floyd, seuls des extraits en seront joués par Roger Waters au cours de ses concerts en solo. Tout comme pour The Pros and Cons of Hitch-Hicking, l’album utilise le procédé Holophonics.

Pochette de The Final Cut

Cliquez sur un titre pour en voir les paroles et leur traduction.

  1. The Post War Dream – 2 min 59 s
  2. Your Possible Pasts – 4 min 19 s
  3. One of the Few – 1 min 27 s
  4. The Hero's Return – 2 min 57 s
    When the Tigers Broke Free – 3 min 16 s (réédition de 2004)
  5. The Gunner's Dream – 5 min 3 s
  6. Paranoid Eyes – 3 min 42 s
  7. Southampton Dock – 2 min 13 s
  8. The Final Cut – 4 min 43 s
  9. Not Now John – 5 min 1 s
  10. Two Suns in the Sunset – 5 min 16 s

Fiche technique

  • Date de sortie :
    • en Angleterre le 21 mars 1983
    • aux États-Unis le 2 avril 1983
  • Classements :
    • Meilleur classement en Angleterre : 1er
    • Meilleur classement aux États-Unis : 6ème
  • Enregistrement : de juillet à décembre 1982 à Mayfair, Olympic, Abbey Road, Eel Pie, Audio International, RAK, Hookend (le studio d’enregistrement privé de David Gilmour) et The Billiard Room (celui de Roger Waters, avec, comme son nom l’indique, un billard)
  • Produit par Roger Waters, James Guthrie & Michael Kamen
  • Ingénieurs du son : James Guthrie & Andy Jackson
  • Assitants : Andy Canelle, Mike Nocito & Jules Bowen
  • Pochette : Roger Waters
  • Références :
    • 1983, 33t anglais: Harvest SHPF 1983
    • 1983, 33t français: Harvest C 070-65042
    • 1983, 33t américain: Columbia QC 38243
    • 1984, CD américain: CBS CK 38243
    • 1986, CD anglais: EMI CDP 7 46129 2
    • 1994, CD anglais (remasterisé): EMI 7243 8 31242 2 0

La pochette

La pochette, composée de 4 médailles de guerre, est une idée de Roger Waters. Il s’agit d’une des rares pochettes d’album à ne pas avoir été conçue par Storm Thorgerson et son studio Hipgnosis, et il n’y a guère que celle d’Atom Heart Mother qui puisse la concurrencer en termes de sobriété : un fond noir, tout juste égayé par plusieurs bandes de couleurs vives et une espèce d’anneau crénelé en haut à gauche. C’est tout. (La réédition de l’album en cassette et en CD porte en plus les mots, en lettres minuscules blanches, pink floyd the final cut.)

Le cercle crénelé en haut à gauche est en fait un coquelicot en papier, décoration vendue au profit des anciens combattants des deux guerres mondiales dans le monde anglo-saxon, en particulier le 11 novembre, « Jour du Souvenir ». Quant aux bandes en bas de la pochette, il s’agit de rubans de médailles de la Seconde Guerre mondiale :

Médaille Signification
1939-45 Star La 1939-1945 Star, attribuée pour six mois de service ou plus entre 1939 et 1945.
Africa Star L’Africa Star, attribuée à ceux ayant servi dans les campagnes africaines.
Defence Medal La Defence Medal, attribuée aux personnes ayant contribué à la défense du pays sans combattre.
Distinguished Flying Cross La Distinguished Flying Cross, récompensant les aviateurs.

Harvest-EMI 7243 8 31242 2 0 (UK)

CBS CDCBS 25416

EMI TOCP 67915 (JP)

Citations

Traduction de citations et d’extraits d’interviews à propos de The Final Cut :

« L’album était uniquement constitué de titres écrits par Roger. Si ce n’est quelques solos de guitare que Roger n’osa pas remettre en cause, la contribution de David fut réduite à la portion congrue. Roger décida de se charger lui-même de la majeure partie des voix, ne laissant David chanter qu’un seul morceau, Not Now John. Par le passé, la voix de David influençait naturellement et très subtilement la structure mélodique des chansons de Roger. C’en était fini de cette époque. Ce changement ainsi que l’absence de Rick aux claviers, entraînèrent la disparition des éléments fondamentaux qui avaient singularisé “le son Pink Floyd”. »
Nick Mason, Pink Floyd, l'Histoire selon Nick Mason, EpA, 2005 p. 265.
« C’était la période la plus effroyable de ma vie. Roger avait viré Rick, Nick n’était plus vraiment présent et maintenant il (Roger) s’en prenait à moi. Une expérience très désagréable et humiliante. »
David Gilmour, Mojo Magazine, mai 1994.
« L’album s’est vendu à trois millions d’exemplaires, ce qui n’était pas beaucoup pour Pink Floyd. Et donc, Dave Gilmour a commencé à dire “Vous voyez, je savais qu’il faisait n’importe quoi depuis le début”. Mais c’est totalement ridicule de ne juger un disque que sur les ventes : si elles constituent le seul critère, alors Grease est un meilleur album que Graceland. Une fois, j’étais chez le maraîcher, et j’ai été abordé par une femme d’une quarantaine d’années, en manteau de fourrure. Elle m’a dit qu’elle pensait qu’il s’agissait du disque le plus émouvant qu’elle ait jamais entendu, et elle m’a expliqué que son père avait aussi été tué durant la Seconde Guerre mondiale. Et je suis remonté dans ma voiture avec mes trois kilos de patates, je suis rentré chez moi et je me suis dit : c’est bien assez. »
Roger Waters, juin 1987.

Voir aussi



Auteurs de la page : manu, Marion, Wulfnoth.

album/the-final-cut.txt · Dernière modification: 20/09/2014 à 00:32 par blue-berry