Seedfloyd Pink Floyd, la musique et le reste ! Contenu Navigation Recherche

Accueil Chansons de Pink Floyd

Free Four

Free Four est une chanson de Pink Floyd, parue en 1972 sur l’album Obscured by Clouds. Elle est également sortie en single, cette même année. On la retrouve aussi sur la compilation Works (1983). Paroles et musique sont de Roger Waters. Le titre est un jeu de mots entre « free » (libre) et « three » (trois).

Paroles et traduction

Free Four

“One two free four !”

The memories of a man in his old age
Are the deeds of a man in his prime
You shuffle in gloom of the sick room
And talk to yourself as you die

Life is a short warm moment
And death is a long cold rest
You get your chance to try
In the twinkling of an eye
Eighty years with luck or even less

So all aboard for the American tour
And maybe you’ll make it to the top
But mind how you go
And I can tell you ‘cos I know
You may find it hard to get off

But you are the angel of death
And I am the dead man’s son
He was buried like a mole in a fox-hole
And everyone’s still on the run

And who is the master of fox hounds
And who says the hunt has begun
And who calls the tune in the courtroom
And who beats the funeral drum

The memories of a man in his old age
Are the deeds of a man in his prime
You shuffle in gloom in the sickroom
And talk to yourself till you die

... Trois, quatre

« Un, deux, trois, quatre ! »

Les souvenirs d’un vieillard
Sont les actes d’un homme dans la force de l’âge
Tu erres dans l’obscurité de la chambre d’hôpital
S’entame alors un dialogue avec toi-même, jusqu’au dernier soupir

La vie est un court et doux instant
La mort, un repos long et glacial
Tu as ta chance pour t’y essayer
Le temps d’un battement de cil
Quatre-vingt ans si tu as de la chance, voire moins.

Alors embarque pour le rêve américain
Peut être atteindras-tu le sommet
Mais attention ou tu mets les pieds
Je te dis ça en connaissance de cause
La redescente risque d’être brutale

Mais tu es l’ange de la mort
Et je suis le fils de l’homme mort
Il a été enterré comme une taupe dans un terrier
Et les autres courent toujours

Mais qui est le maître des chiens de chasse ?
Qui déclare la chasse ouverte ?
Qui donne le ton dans le tribunal ?
Et qui rythme la marche funèbre ?

Les souvenirs d’un vieillard
Sont les actes d’un homme dans la force de l’âge
Tu erres dans l’obscurité de la chambre d’hôpital
Et entame un dialogue avec toi-même, jusqu’au dernier soupir

Paroles et traductions (version cinéma)

Free Four

“One two free four!”

The memories of a man in his old age
Are the deeds of a man in his prime
You shuffle in the gloom of the sickroom
And talk to yourself as you die

And life is a short, warm moment
And death is a long cold rest
You get your chance to try in the twinkling of an eye
Eighty years, with luck, or even less

So take my advice
And cut yourself a slice
And try not to make it too thick
‘Cause things are hard to grow
And I’m gonna tell ya, ‘cause I know
It’s better not to make yourself sick

You are the angel of death
And I am the dead man’s son
He was buried like a mole in a foxhole
And everyone’s still in the run

Who is the master of foxhounds?
Who says the hunt has begun?
Who calls the tune in the courtroom?
Who beats the funeral drum?

The memories of a man in his old age
Are the deeds of a man in his prime
You shuffle in the gloom of the sickroom
And talk to yourself till you die

... Trois, quatre

Un, deux, trois, quatre !

Dans les souvenirs d’un vieillard Se trouvent les actes d’un homme dans la force de l’âge Tu erres dans l’obscurité de la chambre d’hôpital Et te parles jusqu’au dernier soupir

La vie est un court et doux instant Et la mort est un repos long et glacial Tu as ta chance pour t’y essayer Le temps d’un battement de cil 80 années, avec de la chance et même moins.

Alors écoute mon avis Et coupe-toi une part de gâteau Et n’essaie pas de te la couper trop épaisse Car les choses ont du mal à pousser Et je m’en vais te dire, car je sais, Il vaut mieux ne pas te rendre malade.

Mais tu es l’ange de la mort Et je suis le fils de l’homme mort Il a été enterré comme une taupe dans un terrier Et le monde court toujours

Et qui est le maitre des chiens de chasse Et qui dit que la chasse est ouverte Et qui donne le ton dans le tribunal Et qui rythme la marche funèbre

Dans les souvenirs d’un vieillard Se trouvent les actes d’un homme dans la force de l’âge Tu erres dans l’obscurité de la chambre d’hôpital Et te parles jusqu’au dernier soupir

Enfance de Roger Waters

On notera les vers « I’m the dead man’s son, he was buried like a mole in a fox-hole » (je suis le fils de l’homme mort, on l’a enterré comme une taupe dans un terrier) qui semblent être une claire allusion à l’orphelinat paternel précoce de Waters, tué lors du bombardement d’Anzio pendant la Seconde Guerre mondiale en 1944.

Partitions

Tout est basé sur cette simple grille : C F G C

Toutes les versions officielles

Free Four sur Obscured by Clouds

Pochette d'Obscured by Clouds

  • Enregistrement : février-mars 1972 au Château d'Hérouville, France
  • Durée : 4 min 16 s
  • Musiciens :
    • David Gilmour : guitare acoustique, guitare électrique
    • Nick Mason : batterie
    • Roger Waters : chant, basse Fender
    • Rick Wright : synthétiseur VCS3
  • Navigation :

Free Four sur Works

Pochette de Works

Voir aussi



Auteurs de la page : manu (paroles, traduction, infos, misee page), Stéphanie (traduction), Blue Berry (note, partitions, traduction), Marion (traduction), Nicole (traduction), Wulfnoth (navigation, mise en page).

Navigation


presse & médias

A Pig's Tale

Roger Waters retrace l'histoire de l'accessoire le plus légendaire du rock : du premier cochon fabriqué en décembre 1976 et qui s'appelait Algie, jusqu'à l'échappée belle de celui du concert de Coachella en 2008. Toute une histoire !


presse & médias

Set the Controls for the Heart of the Floyd

Une longue interview de Roger Waters dans laquelle... ça balance ! Et l'interviewer d'UNCUT ne mache pas ses mots non plus.


presse & médias

Fables of the Reconstruction

1994. David Gilmour, Nick Mason, Rick Wright et Peter Jenner sont autour d'une table pour se remémorer la créative maturation de 12 albums du Floyd. Immanquable.


téléchargements

The Great Gig in Boblingen

1972 : la meilleure version de Careful with that Axe, Eugene de tous les temps est accouchée, tout simplement démoniaque.

Propulsé par DokuWiki