Outils pour utilisateurs

Outils du site


from-dawn-to-the-moon:childhood-s-end

Childhood's End

(Auteur : David Gilmour)

Childhood’s End (« Fin de l’enfance ») est une très belle composition pour la BO du second film de Barbet Schroeder La Vallée. C’est, avec le binôme Obscured By Clouds - When You're In, le seul morceau de cette BO que Pink Floyd interprètera sur scène, et uniquement au cours de l’année 1973.

Une composition forte

Au bout d’une longue nappe de synthé en guise d’intro, la guitare de Gilmour, nerveuse et déterminée, vient plaquer ses accords et imposer un thème dont la simplicité n’égale que l’efficacité. Même s’il a su parfaitement s’intégrer dans le groupe, jusqu’à contribuer d’une façon très active à l’élaboration de sa musique, Gilmour a une sensibilité et une formation plus proches du rock’n’roll pur que ses co-équipiers, et cette pièce qui balance bien le montre clairement. Childhood’s End est une vraie réussite qui met en évidence le talent de compositeur de Gilmour, même si, beaucoup plus tard, Waters le lui contestera, non sans quelque perfidie : « Depuis quand et où David Gilmour a-t-il appris à écrire des paroles et manipuler des concepts ? » dira-t-il en substance à la fin des années 80.

Des idées

N’en déplaise à Waters, Gilmour se débrouille pas trop mal avec les concepts. La fin de l’enfance et les choix qu’elle implique, le sens de la vie et sa vanité, sont des thèmes qui, visiblement, ont inspiré le guitariste. Sa composition, construite sur la forme classique intro – couplets 1 et 2 – improvisation instrumentale – couplet 3, n’a rien à envier à celles du bassiste. Gilmour relève avec brio le défi d’écrire une pièce forte, ce que confirme la qualité poétique de vers tels que ceux-ci :

« Sitôt la grand-voile hissée, tu sens tes yeux s’embuer ;
toutes les peurs jamais exprimées te disent de faire le choix ultime »

ou encore :

« Qui es-tu, et qui donc suis-je,
pour pouvoir dire pour quelle raison
les uns naissent et les autres meurent
sous le même firmament infini ?
Guerre et paix,
tout cela finira un jour.
Comme le fer deviendra rouille
le vaniteux tombera en poussière.
Ainsi le temps efface toutes choses,
de même s’achève cette chanson. »

D’une manière générale, la tonalité du contenu de Childhood’s End est proche de celle de The Dark Side of the Moon : angoisse devant la vie, absurdité de celle-ci et de la mort… Ce n’est guère étonnant : la BO de La Vallée est composée et enregistrée en février et mars 1972, alors que The Dark Side of the Moon est présentée sur scène depuis déjà plusieurs semaines, et que Roger Waters en a écrit déjà la plus grande partie des paroles.

Les paroles et leur traduction sont .

Une vie scénique trop brève

Composé en 1972 et inclus sporadiquement dans le répertoire scénique de Pink Floyd, Childhood’s End n’y figurera qu’au cours de 1973, donc pas très longtemps, car déjà la groupe interprète systématiquement The Dark Side of the Moon depuis début 1972, et, de plus, présentera à partir de 1974 les pièces qui formeront les futurs Wish You Were Here et Animals. À cette époque, c’est d’ailleurs tout l’ancien répertoire scénique de Pink Floyd qui est abandonné, à l’exception de Echoes, joué jusqu’en 1975. Dans ces trop rares interprétations en public, le court instrumental entre les 2ème et 3ème couplet s’étirera en un long et beau dialogue entre Gilmour et Wright, un peu comme, deux ou trois ans auparavant, dans Fat Old Sun.

Childhood's disc

Childhood’s End n’aura finalement pas la carrière scénique qu’elle méritait, trop vite écartée par les grandes compositions du milieu des années 1970, et ne figure officiellement que dans l’album Obscured by Clouds, BO de La Vallée, publiée en juin 1972.


« Obscured by Clouds / When You're In | Sommaire | Free Four »



Auteur de la page : Blue Berry.

from-dawn-to-the-moon/childhood-s-end.txt · Dernière modification: 27/06/2011 à 12:36 (modification externe)