Outils pour utilisateurs

Outils du site


album:the-division-bell

The Division Bell

The Division Bell (“La cloche de la division”, soit « L’heure du verdict » en français) est le 3ème album solo de David Gilmour l’avant-dernier album studio de Pink Floyd, sorti en 1994.

Pochette de The Division Bell

  1. Cluster One – 5 min 58 s
  2. What Do You Want From Me – 4 min 21 s
  3. Poles Apart – 7 min 04 s
  4. Marooned – 5 min 28 s
  5. A Great Day For Freedom – 4 min 18 s
  6. Wearing The Inside Out – 6 min 48 s
  7. Take It Back – 6 min 12 s
  8. Coming Back To Life – 6 min 19 s
  9. Keep Talking – 6 min 11 s
  10. Lost For Words – 5 min 14 s
  11. High Hopes – 8 min 31 s

Fiche technique

  • Enregistrement : enregistré de février à décembre 1993 à Abbey Road, Astoria, Britannia Row Studios, The Creek et Metropolis Studios
  • Production : produit par Bob Ezrin & David Gilmour
  • Meilleur classement en Angleterre: 1er
  • Meilleur classement aux Etats Unis: 1er
  • Ingénieur du son : Andrew Jackson
  • Pochette : Hipgnosis
  • Date de sortie : le 30 Mars 1994 en Angleterre, chez EMI
  • Références
    • 1994, 33t anglais : EMI 8 28984 1
    • 1994, CD anglais : EMI 8 28984 2
    • 1994, MD anglais : EMI MDEMD 1055
    • 1994, cassette anglaise : EMI 8 28984 3
    • 1994, 33t américain : Columbia C 64200 (vinyl bleu)
    • 1994, CD américain : Columbia CK 64200
    • 1994, MD américain : Columbia CM 64200
    • 1994, cassette américaine : Columbia CT 64200
  • Musiciens
    • David Gilmour : guitare, claviers, chant
    • Nick Mason : batterie
    • Rick Wright : chant, claviers
    • Dick Parry : saxophone
    • Bob Ezrin : claviers, percussions
    • Gary Wallis : percussions
    • Jon Carin : claviers
    • Guy Pratt : basse
    • Sam Brown, Durga McBroom, Carol Kenyon, Jackie Sheridan, Rebecca Leigh-White : background vocals.
    • Tim Renwick : guitare

A propos du titre

L’expression « division bell », littéralement « cloche de la division », n’a pas d’équivalent direct en français. Au Parlement de Londres, la « division bell » est une sonnerie qui avertit les députés qu’ils doivent venir voter. Ils ont environ 10 minutes pour se rendre dans une chambre de vote, après quoi il est trop tard. En fonction de leur verdict, une résolution sera adoptée ou rejetée.

« Division bell » se traduit en vocabulaire parlementaire par « sonnerie d’appel » ou encore « appel du timbre ». Ce n’est pas cette traduction qui a été retenue car, outre le fait qu’il soit improbable d’appeler ainsi une création artistique, elle ne retranscrit pas le sens qu’il y a derrière. C’est donc « L’heure du verdict » qui a été retenu. Bien que n’étant pas non plus une traduction formellement parfaite, on y retrouve la forme avec cette notion de temporalité et le fond : un verdict va être rendu. C’est en plus une expression courante de la langue française, par exemple « l’heure du verdict a sonné. »

À noter que c’est Douglas Adams, écrivain de science-fiction anglais et ami de Gilmour, qui se proposa de trouver un titre à l’album, le groupe n’arrivant pas à se décider (Pow Wow et Down to Earth furent proposés). En échange, il demanda à Gilmour de faire une donation en faveur d’un organisme de charité. Gilmour accepta bien volontiers.

La cathédrale d'Ely

C’est la cathédrale d’Ely, non loin de Cambridge qui figure sur la pochette de l’album, juste entre les deux têtes. Ci-dessous, un petit photomontage maison :

Photomontage - cliquez pour l'agrandir !

Légende :

  1. pochette de l’édition sortie en France
  2. agrandissement de la pochette de l’édition japonaise (la photo est prise plus tôt dans la journée, sans les spots)
  3. photo de Simon Pocock prise à peu près au même endroit que la pochette de l’album

→ Voir la page sur la cathédrale d'Ely pour plus d’informations.

Citations

« Sur cet album, aussi bien Nick que Rick jouent tout ce qu’ils sont censés jouer. C’est pourquoi cet album sonne bien plus comme un vrai Pink Floyd que tout ce qui a été fait depuis Wish You Were Here. Il y a une sorte de thème à propos de la non-communication mais on n’essaie pas de prendre la tête à tout le monde avec ça. La dernière fois, nous avions l’intention de montrer au monde que nous étions toujours là, c’est pourquoi nous étions si lourds et criards. Cet album est un bien meilleur reflet. »
David Gilmour, Mojo Magazine, mai 1994.
« On y retrouve le feeling de Meddle bien plus qu’ailleurs. Cela a commencé comme un album de groupe, nous trois avons passé 15 jours ensemble, uniquement à jouer. On en a ressorti plus de 40 ébauches en 2 semaines, ensuite les choses on avancé. Certaines de ces idées initiales ont sûrement fini sur un album “satellite”. »
Nick Mason, Mojo Magazine, mai 1994.

Remarquons au passage que l’album “satellite” mentionné par Nick Mason pourrait bien être “The Endless River” dont la sortie est annoncée pour octobre 2014, soit 20 ans après The Division Bell.

Remarques diverses

  • High Hopes est la première chanson écrite pour l’album.
  • L’album s’est vendu à près de 500 000 exemplaires en une semaine aux États Unis.
  • La majorité de l’album a été enregistrée à Astoria, le magnifique studio d’enregistrement flottant de David Gilmour.
  • La « ghost track » à la fin de l’album est une conversation téléphonique entre Steve O’Rourke (le manager de Pink Floyd) et Charlie (le fils de la femme de Gilmour).

Pochettes

EMI 7243 8 28934 2 9 (UK)

Sony MHCP 688 (JP)

Voir aussi

Liens externes



Auteurs de la page : manu (infos, traductions, photomontage, remarques), Marion (traduction), Walmour (mise en page).

album/the-division-bell.txt · Dernière modification: 20/09/2014 à 00:25 par blue-berry